Le chauffage central : radiateurs et plancher chauffant

Il n'y a pas si longtemps, l’expression “chauffage central” désignait exclusivement une installation avec une chaudière diffusant de l'eau chaude (le liquide caloporteur) à des radiateurs via un ensemble de canalisations. Toujours d’actualité, cette forme de chauffage central s’est enrichie de systèmes de restitution de la chaleur autres que les radiateurs.

Le chauffage avec radiateurs

C’est le type de chauffage central le plus connu et le plus utilisé. Il a fait ses preuves et peut même être installé par des amateurs expérimentés. Les radiateurs sont historiquement en fonte d'acier (toujours disponible), en acier et en aluminium. Les ventilo-convecteurs (ou radiateurs dynamiques) constituent un type spécifique de radiateurs, associé principalement à la pompe à chaleur.

Le principe de fonctionnement

L’eau est chauffée dans une chaudière centrale et poussée dans les canalisations par un accélérateur (ou circulateur). La sécurité est assurée par un vase d’expansion qui absorbe les dilatations de liquide dues à la chaleur. Un thermostat d’ambiance ou un thermostat programmable règle la température. Des robinets thermostatiques assurent une régulation de la température pièce par pièce, radiateur par radiateur.

Les avantages

La température peut être facilement réglée dans chaque pièce, l’installation est simple, l’entretien est généralement peu important ; c’est le système qui revient généralement le moins cher. Les radiateurs diffusent une chaleur agréable, par convection et par rayonnement. Majoritairement en fonte, ils offrent une certaine inertie générant une accumulation de chaleur et une diffusion progressive.

Les inconvénients

Les radiateurs prennent de la place au sol et sur les murs, ne sont pas toujours décoratifs, et l’installation induit des travaux assez importants (percement des cloisons, des murs et des planchers pour le passage des canalisations). La part de convection de la diffusion de la chaleur met la poussière ambiante en suspension et en mouvement, d'où la salissure des murs au-dessus des radiateurs.

Le chauffage par le sol

L’idée de se chauffer par le sol est loin d’être nouvelle ; c’est peut-être même l’un des plus anciens modes de chauffage qui soit, puisqu’on l’utilisait déjà dans l’Antiquité. Dans les années 1960, le boom de la construction d’immeubles collectifs avait vu la réapparition de ce type de système : ce fut l’échec, les chaudières utilisées alors, conduisant à une émission de chaleur bien trop élevée au niveau du sol, entraînant un inconfort évident et même des troubles de santé (problèmes circulatoires). La mise au point de chaudières basse température a permis la relance de ce procédé, avec une température surfacique du sol ne dépassant pas 28 °C.  Avec une pompe à chaleur réversible le plancher chauffant se transforme en plancher rafraîchissant. C'est un mode de chauffage très confortable et désormais sans aucun risque pour la santé.

Avantages

Comme il fonctionne exclusivement par rayonnement, l’un des grands avantages du chauffage par le sol est de ne pas provoquer de déplacement d’air, à la différence du chauffage central par radiateurs qui fonctionne en grande partie sur le principe de la convection. On évite ainsi de brasser la poussière en permanence, ce qui représente un intérêt majeur pour les personnes sensibles à la poussière.

Le plancher chauffant libère aussi l'espace au sol et sur les murs occupés par les radiateurs.

Fonctionnement du plancher chauffant

Il se prête particulièrement au remplacement de la chaudière par une pompe à chaleur, au fonctionnement plus vertueux écologiquement et très économique. Quel que soit l'émetteur de chaleur (chaudière ou pompe à chaleur), l'eau circule dans un réseau de canalisations en forme de serpentin, noyé dans la chape ou dans la dalle de la même façon qu'avec une chaudière, la régulation passant par un thermostat d'ambiance, éventuellement programmable. 

Les tubes de diffusion

Les tubes métalliques utilisés autrefois ont été abandonnés, car sensibles à la corrosion, et remplacés par des tubes en matière synthétique. Au lieu de noyer les tubes dans la dalle comme auparavant, les techniques actuelles préfèrent les inscrire dans une chape rapportée, en les désolidarisant ainsi du support pour une meilleure isolation. Le serpentin est d’ailleurs généralement disposé dans un support à picots renforçant cette isolation. La diffusion d’une température surfacique n’excédant pas 28 °C a conduit à augmenter la densité des tubes, proposés en polybutène (PB), polyétylène réticulé (PER) ou copolymère de propylène (PP).

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Plancher rafraîchissant: comment ça marche?

Le souhait de bénéficier d’une atmosphère rafraîchie quand il fait très chaud n’est pas nouveau. Beaucoup de maisons, dans le Midi, sont conçues avec cet objectif. La climatisation est la réponse la plus directe ; il existe pourtant des solutions intermédiaires et moins radicales.

image

L'entretien des radiateurs

L’entretien des radiateurs de chauffage central doit être fait périodiquement. Il s’agit d’une série d’opérations qui concernent aussi bien le mécanisme que l’aspect de l’appareil. Ce peut être aussi l’occasion de revoir l’isolation arrière.

Les dernieres vidéos maison

image

Qu'est-ce qu'une pompe à chaleur

La pompe à chaleur, c'est quoi ? François Deroche de l' AFPAC  nous explique tout ce qui se cache derrière une pompe à chaleur, ses différentes versions et l' économie  d' énergie  qu'elle représente. Plus d'informations sur :   

image

Installer une pompe à chaleur en conservant sa chaudière : la PAC hybride

La pompe à chaleur peut remplacer une vieille chaudière. Il est possible aussi de combiner une PAC avec l'énergie initialement utilisée (gaz ou fioul) : on parle alors de "pompe à chaleur hybride". Comment ça marche? Est-ce intéressant économiquement? Peut-on bénéficier d'aides comme le CITE? Valérie LAPLAGNE, vice-présidente de l' AFPAC (Association Française pour les Pompes à Chaleur), répond aux questions de Christian PESSEY, journaliste de la construction, en charge de l'émission VOTRE MAISON sur RMC. 

image

Bien apprécier la lumière dans les combles

Modélisez rapidement vos combles et imaginez les possibilités d'aménagement pour créer de nouveaux espaces de vie depuis votre smartphone. L'application gratuite My Daylight vous révèle les bénéfices de l'éclairage naturel. Obtenez facilement des pièces plus grandes et plus confortables à vivre. Catherine JUILLARD, Responsable Prescription Lumière et Thomas BERGE, Chef de Produit Digital, tous deux chez VELUX®, répondent aux questions de Christian PESSEY, Journaliste de la Construction, en charge de l'émission VOTRE MAISON sur RMC. 

image

Quels travaux entreprendre à l'arrivée du printemps?

Les jours rallongent et les températures sont plus clémentes : le printemps constitue une belle opportunité d’entreprendre des travaux de rénovation à la maison. Quels que soient les travaux entrepris, la luminosité, l’ouverture sur l’extérieur et le renouvellement de l’air intérieur sont des éléments clés à considérer pour gagner en qualité de vie. De simples ajustements aux projets de rénovation permettront de prioriser ces éléments pour une maison confortable et agréable à vivre pour tous les membres de la famille. Prisca Pellerin, architecte et designer d'intérieur donne des conseils.

Les derniers conseils maison

image

Dallage en dalles irrégulières (opus incertum)

Pour ce type de dallage à appareillage irrégulier, le fait que les surfaces soient plus importantes et les dalles plus grossières et irrégulières que le carrelage ne signifie pas que la pose en soit plus facile. Dans la plupart des cas, il est nécessaire d'établir une dalle en béton sur laquelle on pose une couche de mortier permettant de sceller les dalles.

image

Dallage en dalles irrégulières (opus incertum)

Pour ce type de dallage à appareillage irrégulier, le fait que les surfaces soient plus importantes et les dalles plus grossières et irrégulières que le carrelage ne signifie pas que la pose en soit plus facile. Dans la plupart des cas, il est nécessaire d'établir une dalle en béton sur laquelle on pose une couche de mortier permettant de sceller les dalles.

image

Dallage en dalles irrégulières (opus incertum)

Pour ce type de dallage à appareillage irrégulier, le fait que les surfaces soient plus importantes et les dalles plus grossières et irrégulières que le carrelage ne signifie pas que la pose en soit plus facile. Dans la plupart des cas, il est nécessaire d'établir une dalle en béton sur laquelle on pose une couche de mortier permettant de sceller les dalles.

image

La plomberie en cuivre

Bien qu'il existe aujourd'hui d'autres produits que le cuivre pour réaliser les alimentations d'une installation sanitaire, le cuivre a toujours la préférence de bien des professionnels, qui ne jurent toujours que par lui, malgré un prix assez élevé.

image

L'électricité, c'est quoi?

Qu’il s’agisse de faire une demande d’abonnement, de lire une facture d’électricité ou de réaliser une installation, il faut maîtriser un certain nombre de données de base sur cette énergie indispensable dans la maison : l'électricité.

image

Assembler les briques

Un maçon amateur voulant réaliser une construction en briques commence souvent son apprentissage par la réalisation d’un ouvrage en briques pleines : petit muret décoratif, construction d’un barbecue, etc. Il faut respecter des règles précises concernant la disposition des briques (appareillage), leur coupe et l’exécution des joints.

image

Entretien de la chaudière et ramonage du conduit de fumée (cheminée)

Il faut rappeler qu’il est obligatoire de faire entretenir sa chaudière une fois par an et de faire ramoner le conduit de cheminée une fois par an si vous êtes chauffé au gaz et deux fois si vous êtes chauffé au fioul ou au bois. Dans les deux cas, il faut recourir aux service d'un professionnel qualifié.

image

Entretien de la chaudière et ramonage du conduit de fumée (cheminée)

Il faut rappeler qu’il est obligatoire de faire entretenir sa chaudière une fois par an et de faire ramoner le conduit de cheminée une fois par an si vous êtes chauffé au gaz et deux fois si vous êtes chauffé au fioul ou au bois. Dans les deux cas, il faut recourir aux service d'un professionnel qualifié.