L'entretien des radiateurs

L’entretien des radiateurs de chauffage central doit être fait périodiquement. Il s’agit d’une série d’opérations qui concernent aussi bien le mécanisme que l’aspect de l’appareil. Ce peut être aussi l’occasion de revoir l’isolation arrière.

La peinture

Elle pose toujours un problème, car il est difficile de peindre entre les tubulures. Les brosses spéciales, à long manche et à virole coudée, sont peut être la meilleure solution. Veillez à bien étaler la peinture pour éviter les coulures.
Si le radiateur a déjà été peint, il arrive souvent que la peinture soit craquelée (sous l’effet de la chaleur). Dans ce cas, procédez préalablement à un décapage à l’aide d’un produit spécial. Dans tous les cas, nettoyez et décrassez à l’aide d’un détergent. N’utilisez pas de peinture en phase aqueuse basique, car celle-ci risquerait de faire rouiller le métal.
Pour peindre rapidement les différents éléments du radiateur, vous pouvez aussi utiliser une bombe aérosol. Passez la peinture en plusieurs couches minces (en observant une pause entre chacune d’entre elles). Appliquez la peinture d’un mouvement régulier, sans jamais laisser la bombe immobile. Après l’opération, retournez la bombe et vaporisez pendant quelques instants (jusqu’à ce que la peinture ne sorte plus) : cela évitera le bouchage de l’orifice.

La dépose des accessoires

Un radiateur comporte quatre accessoires : une purge d’air (placée en haut) ; un bouchon de vidange (du même côté, mais en bas) ; un robinet d’arrivée d’eau (en haut) ; un raccord de sortie (en bas).
Il peut être nécessaire de déposer ces accessoires. Avant de peindre, retirez le robinet, la purge et le bouchon (surtout si vous utilisez une bombe). La peinture sèche bloque le dévissage de la purge et du bouchon de vidange.
Pour déposer le robinet, il suffit de dévisser la vis de fixation placée au centre. Il s’agit souvent d’une petite vis, qui peut être bloquée par la rouille sur les vieux radiateurs. Si vous avez du mal à la dégripper, utilisez un tournevis à frapper, qui multiplie la force de dévissage.  Vous pouvez aussi utiliser un tournevis à embase hexagonale : serrez l’embase avec une clé. Attention de ne pas abîmer la fente de la vis, car vous auriez ensuite le plus grand mal à la dévisser. Sur les radiateurs modernes, la purge est un petit élément en laiton que l’on dévisse facilement à la main. Sur les anciens modèles, il peut s’agir d’une simple vis.
Le bouchon de vidange est le plus souvent un gros écrou qui se retire avec une clé adaptée. Sur les radiateurs modernes, il existe un robinet de sortie, qui se ferme en tournant une vis (généralement protégée par un capuchon). S’il n’y en a pas, enlevez le raccord qui relie le radiateur à la canalisation de sortie.

La purge

Sur les radiateurs comme sur les canalisations du chauffage, les purges sont situées aux points hauts. Lors de la mise en eau de l’installation, les purges sont ouvertes, pour permettre à l’air de s’échapper. On les ferme au fur et à mesure du remplissage. Il arrive aussi que l’on constate la présence d’air dans l’installation. Il se produit alors des bruits d’écoulement, parfois importants ; en outre, la partie supérieure des radiateurs reste froide. Dans ce cas, purgez en dévissant légèrement la petite vis (bouchon du purgeur). Placez un récipient en dessous, car il sortira de l’eau en fin de purge. Vous pourrez alors refermer la vis.
La purge entraîne une baisse de pression dans le circuit et une légère perte de liquide. Vous devez donc vérifier la pression au manomètre de la chaudière et ouvrir le robinet d’admission d’eau pour obtenir la pression préconisée par le constructeur (en général 2 bars).
Sur les radiateurs-convecteurs, les robinets de purge sont le plus souvent situés en bas de l’appareil.
Pour purger complètement l’installation, ouvrez également les bouchons de purge situés aux points hauts (près du plafond ou au grenier).

La vidange

Sur certaines installations, chaque radiateur est isolé du reste de la tuyauterie par un robinet-vanne. Il est possible, dans ce cas, de procéder à la vidange d’un radiateur pour effectuer sa dépose.
S’il n’y a pas de vanne, il faut vidanger toute l’installation. Dans ce cas, ouvrez les robinets de vidange situés sur tous les radiateurs (en dévissant l’écrou qui sert de bouchon) et les robinets se trouvant aux points bas de l’installation. Il convient, bien entendu, de placer des récipients sous les robinets, afin de recueillir l’eau des canalisations. Pour que l’eau puisse s’écouler, ouvrez un par un les purgeurs, en commençant par celui situé au point le plus haut de l’installation.

Remplacement d’un radiateur

La vidange complète d’une installation peut être l’occasion de remplacer un ou plusieurs radiateurs, voire la totalité. C’est un investissement relativement important, mais qui peut se justifier ne serait-ce que pour des raisons esthétiques ; en effet, si les très vieux radiateurs en fonte peuvent avoir leur charme, ceux des années d’après-guerre, au style très “industriel”, sont assez laids. Avant de les remplacer, par exemple par des radiateurs en acier ou en fonte d’aluminium, assurez-vous de la compatibilité de ces derniers avec le diamètre des canalisations d’alimentation et avec la puissance de la chaudière.

RÉPARATION DES FUITES
Problèmes Solutions
Petite fuite d'eau au niveau du raccordement d'entrée ou de sortie d'un radiateur Il s'agit souvent d'un mauvais serrage des écrous. Resserrez les écrous à l'aide d'une cl ordinaire ou d'une clé à molette
Fuite persistante Démontez le raccord où se produit la fuite. Vidangez l'installation avant le démontage
Raccord défectueux (pas de vis en mauvais état) Il faut le changer. Placez un morceau de ruban Teflon sur le filetage (en l'enroulant dans le sens contraire du vissage), puis revissez le raccord
Fuite importante sur l'installation nécessitant l'intervention du plombier Procédez à une vidange totale ou partielle pour la neutraliser. La vidange doit être partielle si la fuite se situe à un point haut ; elle doit être totale si elle invertient à un point bas

 

 

Partager avec vos amis :


Cet article peut vous intéresser :

image

Chauffage central : chaudière, canalisations, radiateurs

Le chauffage central est un système comprenant, comme son nom l'indique, une moyen central de production, ou génération, de chaleur – la chaudière – et des systèmes d'émission de la chaleur – les radiateurs – alimentés par un réseau de canalisations . La chaudière chauffe un liquide qui transporte les calories. On par le " liquide caloporteur ", en l'occurrence de l'eau contenant divers additifs pour éviter la corrosion interne, la formation de boues, etc. Le chauffage central fournit de la chaleur aux différentes pièces ou appartements d'un immeuble. La chaudière est installé dans un lieu centralisé, généralement dans une cave pur un immeuble ou une maison individuelle, ou dans la cuisine pour un apparement. L'ensemble du système de chauffage central composé donc d'un générateur de chaleur, d'une unité de distribution et des émetteurs de chaleur constitue un circuit de chauffage fermé. 

Les dernieres vidéos maison

image

Lutter contre les problèmes de bruit

Christian PESSEY et  Nicolas BALANANT, expert Qualitel en acoustique, vous apportent leur conseils sur tous les problèmes sonores que vous pouvez rencontrer dans votre logement.

Les derniers conseils maison

image

Isolation des parois : la fin des ossatures?

Dans une conférence de presse commune, confirmant le rapprochement entre Placo et Isover, les représentants des marques du groupe Saint-Gobain ont annoncé jeudi 23/01/2020 une innovation capitale associant deux de leurs produits phares : la plaque Habito pour Placo (plaque haute densité à rigidité et densité renforcée) et l a laine de verre GR 32 ou GR 30 aux performances thermiques élevées et aux propriétés mécaniques qui facilitent la mise en œuvre. L'innovation réside dans la suppression des ossatures métalliques rendue possible par l’association d’une plaque de plâtre ultra résistante et d'accessoires de pose brevetés, inspirés du système Optima. D'où l'appellation du système : Optimax Habito®.  

image

Faire du plâtre

Du fait de son temps de prise très bref, le plâtre est plus difficile à gâcher que le ciment ou la chaux. De plus, il suffit d’un rien (malaxage irrégulier, complément d’eau, etc.) pour faire “mourir” le plâtre qui, une fois mis en œuvre, ne prendra pas ou se révélera sans résistance. Le gâchage et l’application du plâtre sous forme d’enduit constituent de véritables spécialités.

image

La vermiculite (mica expansé) :

La vermiculite est adaptée à l'isolation du sol des combles : la méthode d’épandage des isolants en vrac est évidemment assez simple ; un minimum de méthode et un certain nombre de précautions sont cependant nécessaires pour obtenir de bons résultats.

image

Le bois : appellations

 Il n’est pas toujours facile de trouver du bois massif. Les revendeurs spécialisés ou les grandes surfaces se limitent souvent à la vente de dérivés (panneaux de particules ou de contreplaqué) et de bois blanc (sapin) pour les barres et les moulures. Pour commander du bois, il faut en connaître les différentes appellations.

image

Le matériel de peinture

Technique ancienne et restant très largement artisanale, la peinture fait appel à des outils classiques – les brosses, en particulier – dans des gammes importantes pour répondre à de multiples cas de figure.  

image

Poser un revêtement vinyle (PVC) en lé

Héritiers du traditionnel linoléum – toujours fabriqué –, les revêtements plastiques en lés occupent aujourd’hui une place prépondérante dans l’univers des revêtements de sol. Leur pose est simple à condition d'être précédée d'une bonne préparation.

image

Construire un mur en béton banché

Le béton peut servir à construire des murs ou des cloisons d'une grande solidité. C'est ainsi que sont construits nombre d'immeubles collectifs, mais aussi certaines maisons individuelles. Cette technique peut aussi être utilisée pour l'édification de mur de soutènement très solides.