Les outils de maçonnerie pour le mortier et le béton

Le gâchage du mortier et du béton (c'est-à-dire le mélange du ciment, des agrégats et de l'eau) exige l’utilisation d’instruments appropriés, tant pour la préparation des composants que pour le gâchage proprement dit. Cette opération demande beaucoup de soin car dépend en grande partie la solidité des ouvrages.

Le tamis

La préparation du sable employé pour le mortier passe par le tamisage. Il faut utiliser un sable propre, sans cailloux ni impuretés. Les maçons se servent de grands tamis (44 cm de diamètre), avec monture en hêtre et toile en fil d’acier recuit (renforcée généralement par un croisillon métallique).
Des mailles de tamis de 3 mm permettent d’éliminer les impuretés en conservant un mélange de grains fins et assez gros, qui donne une meilleure cohésion au mortier. Rappelons qu’il faut utiliser du sable de rivière (ou de carrière) et non du sable de mer (le sel est mauvais pour le ciment). Si le sable est humide, il ne peut être tamisé ; il faut donc d’abord le faire sécher au soleil en l’étalant sur une feuille de matière plastique.

L’auge

Pour gâcher une petite quantité de mortier, on utilise une auge en matière plastique, qu’il faut soigneusement laver après emploi. Les plus grandes auges ont une contenance d’une trentaine de litres. On se sert également d’augettes à tout faire pour les réparations (contenance de 1,5 à 12 l).

Le bac

En tôle ou en matière plastique, le bac permet de gâcher mortier et béton sans souiller le sol (le ciment brûle l'herbe et rend le sol infertile durablement). Il mesure 2 à 3 m de long. Les bacs en matière plastique sont plus légers.

La bétonnière

Pour le gâchage de quantités de mortier ou de béton importantes, la bétonnière offre un rendement et un résultat bien supérieurs aux techniques manuelles. Suivant l'ampleur de votre chantier, vous pouvez l’acheter ou la louer.
Une bétonnière pour maçon amateur est dotée d’une cuve (en tôle emboutie) d’une capacité de 160 ou 180 l, soit une possibilité de mélange d’environ 125 l. La machine fonctionne à l’aide d’un moteur électrique (220 V) ou à essence (4 temps, 3 CV). La vidange est obtenue par basculement de la cuve.
Dans une bétonnière, on verse d’abord l’agrégat (sable, gravier), puis le liant (chaux, ciment), enfin l’eau. La durée de malaxage est de l’ordre de 2 à 3 minutes (un malaxage trop prolongé donne un mélange non homogène résultant de la centrifugation).
Lorsqu’on vide la cuve, il faut la frapper avec un maillet en caoutchouc pour décoller le béton qui adhère aux parois.

Les scies

Elles servent pour la fabrication des coffrages en bois et le débit des étais. Une bonne scie égoïne convient parfaitement à tous les travaux. Il faut, de préférence, une scie de coffreur à grosse denture. On peut également utiliser une scie mécanique (sauteuse, circulaire ou sabre). Si on réalise des coffrages en contreplaqué (qualité CTBX, résistant à l’humidité), on travaille avec une scie à panneau qui ne se désaffûte pas.
Les maçons se servent aussi d’un autre type de scie pour découper les éléments de construction. Il s'agit de la scie à béton cellulaire, qui permet de sectionner rapidement les gros blocs, ainsi que les carreaux de plâtre. La lame des scies à béton cellulaire est pourvue de larges encoches circulaires.

La griffe à plier

Les fers d’armature pour le béton doivent toujours être recourbés, par pliage, à leurs extrémités. Cette opération est effectuée au moyen d’une griffe, barre de métal solide pourvue d’une encoche à chaque extrémité (5 et 8 mm pour les fers courants). Le support de pliage est constitué par un madrier en bois dans lequel on a enfoncé des goujons métalliques qui permettent le maintien des fers et leur torsion.
La torsion des fers est également possible au moyen d’un étau.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Faire du béton (dosage et gâchage)

La fabrication du béton est proche de celle du mortier. On peut gâcher à la main pour les faibles quantités, mais on utilise le plus souvent une bétonnière, qui facilite grandement les opérations lorsqu’il s’agit de couler une dalle ou de réaliser des travaux de coffrage importants. Pour une grosse quantité de béton, on aura recours à une livraison par camion-toupie.

image

Faire du mortier (dosage et gâchage)

On distingue trois types de mortier. Dans la construction, on utilise souvent les mortiers bâtards qui combinent deux liants, le ciment et la chaux (généralement en parts égales) ; ces produits allient une bonne solidité à une plasticité qui les rend faciles à utiliser. Les mortiers de ciment sont plus résistants, mais ils durcissent très vite et présentent des risques de fissuration. Les mortiers de chaux sont assez fragiles, mais très onctueux.

Les dernieres vidéos maison

image

Lutter contre les problèmes de bruit

Christian PESSEY et  Nicolas BALANANT, expert Qualitel en acoustique, vous apportent leur conseils sur tous les problèmes sonores que vous pouvez rencontrer dans votre logement.

Les derniers conseils maison

image

Isolation des parois : la fin des ossatures?

Dans une conférence de presse commune, confirmant le rapprochement entre Placo et Isover, les représentants des marques du groupe Saint-Gobain ont annoncé jeudi 23/01/2020 une innovation capitale associant deux de leurs produits phares : la plaque Habito pour Placo (plaque haute densité à rigidité et densité renforcée) et l a laine de verre GR 32 ou GR 30 aux performances thermiques élevées et aux propriétés mécaniques qui facilitent la mise en œuvre. L'innovation réside dans la suppression des ossatures métalliques rendue possible par l’association d’une plaque de plâtre ultra résistante et d'accessoires de pose brevetés, inspirés du système Optima. D'où l'appellation du système : Optimax Habito®.  

image

Faire du plâtre

Du fait de son temps de prise très bref, le plâtre est plus difficile à gâcher que le ciment ou la chaux. De plus, il suffit d’un rien (malaxage irrégulier, complément d’eau, etc.) pour faire “mourir” le plâtre qui, une fois mis en œuvre, ne prendra pas ou se révélera sans résistance. Le gâchage et l’application du plâtre sous forme d’enduit constituent de véritables spécialités.

image

La vermiculite (mica expansé) :

La vermiculite est adaptée à l'isolation du sol des combles : la méthode d’épandage des isolants en vrac est évidemment assez simple ; un minimum de méthode et un certain nombre de précautions sont cependant nécessaires pour obtenir de bons résultats.

image

Le bois : appellations

 Il n’est pas toujours facile de trouver du bois massif. Les revendeurs spécialisés ou les grandes surfaces se limitent souvent à la vente de dérivés (panneaux de particules ou de contreplaqué) et de bois blanc (sapin) pour les barres et les moulures. Pour commander du bois, il faut en connaître les différentes appellations.

image

Le matériel de peinture

Technique ancienne et restant très largement artisanale, la peinture fait appel à des outils classiques – les brosses, en particulier – dans des gammes importantes pour répondre à de multiples cas de figure.  

image

Poser un revêtement vinyle (PVC) en lé

Héritiers du traditionnel linoléum – toujours fabriqué –, les revêtements plastiques en lés occupent aujourd’hui une place prépondérante dans l’univers des revêtements de sol. Leur pose est simple à condition d'être précédée d'une bonne préparation.

image

Construire un mur en béton banché

Le béton peut servir à construire des murs ou des cloisons d'une grande solidité. C'est ainsi que sont construits nombre d'immeubles collectifs, mais aussi certaines maisons individuelles. Cette technique peut aussi être utilisée pour l'édification de mur de soutènement très solides.