Les outils de maçonnerie pour le mortier et le béton

Le gâchage du mortier et du béton (c'est-à-dire le mélange du ciment, des agrégats et de l'eau) exige l’utilisation d’instruments appropriés, tant pour la préparation des composants que pour le gâchage proprement dit. Cette opération demande beaucoup de soin car dépend en grande partie la solidité des ouvrages.

Le tamis

La préparation du sable employé pour le mortier passe par le tamisage. Il faut utiliser un sable propre, sans cailloux ni impuretés. Les maçons se servent de grands tamis (44 cm de diamètre), avec monture en hêtre et toile en fil d’acier recuit (renforcée généralement par un croisillon métallique).
Des mailles de tamis de 3 mm permettent d’éliminer les impuretés en conservant un mélange de grains fins et assez gros, qui donne une meilleure cohésion au mortier. Rappelons qu’il faut utiliser du sable de rivière (ou de carrière) et non du sable de mer (le sel est mauvais pour le ciment). Si le sable est humide, il ne peut être tamisé ; il faut donc d’abord le faire sécher au soleil en l’étalant sur une feuille de matière plastique.

L’auge

Pour gâcher une petite quantité de mortier, on utilise une auge en matière plastique, qu’il faut soigneusement laver après emploi. Les plus grandes auges ont une contenance d’une trentaine de litres. On se sert également d’augettes à tout faire pour les réparations (contenance de 1,5 à 12 l).

Le bac

En tôle ou en matière plastique, le bac permet de gâcher mortier et béton sans souiller le sol (le ciment brûle l'herbe et rend le sol infertile durablement). Il mesure 2 à 3 m de long. Les bacs en matière plastique sont plus légers.

La bétonnière

Pour le gâchage de quantités de mortier ou de béton importantes, la bétonnière offre un rendement et un résultat bien supérieurs aux techniques manuelles. Suivant l'ampleur de votre chantier, vous pouvez l’acheter ou la louer.
Une bétonnière pour maçon amateur est dotée d’une cuve (en tôle emboutie) d’une capacité de 160 ou 180 l, soit une possibilité de mélange d’environ 125 l. La machine fonctionne à l’aide d’un moteur électrique (220 V) ou à essence (4 temps, 3 CV). La vidange est obtenue par basculement de la cuve.
Dans une bétonnière, on verse d’abord l’agrégat (sable, gravier), puis le liant (chaux, ciment), enfin l’eau. La durée de malaxage est de l’ordre de 2 à 3 minutes (un malaxage trop prolongé donne un mélange non homogène résultant de la centrifugation).
Lorsqu’on vide la cuve, il faut la frapper avec un maillet en caoutchouc pour décoller le béton qui adhère aux parois.

Les scies

Elles servent pour la fabrication des coffrages en bois et le débit des étais. Une bonne scie égoïne convient parfaitement à tous les travaux. Il faut, de préférence, une scie de coffreur à grosse denture. On peut également utiliser une scie mécanique (sauteuse, circulaire ou sabre). Si on réalise des coffrages en contreplaqué (qualité CTBX, résistant à l’humidité), on travaille avec une scie à panneau qui ne se désaffûte pas.
Les maçons se servent aussi d’un autre type de scie pour découper les éléments de construction. Il s'agit de la scie à béton cellulaire, qui permet de sectionner rapidement les gros blocs, ainsi que les carreaux de plâtre. La lame des scies à béton cellulaire est pourvue de larges encoches circulaires.

La griffe à plier

Les fers d’armature pour le béton doivent toujours être recourbés, par pliage, à leurs extrémités. Cette opération est effectuée au moyen d’une griffe, barre de métal solide pourvue d’une encoche à chaque extrémité (5 et 8 mm pour les fers courants). Le support de pliage est constitué par un madrier en bois dans lequel on a enfoncé des goujons métalliques qui permettent le maintien des fers et leur torsion.
La torsion des fers est également possible au moyen d’un étau.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Faire du béton (dosage et gâchage)

La fabrication du béton est proche de celle du mortier. On peut gâcher à la main pour les faibles quantités, mais on utilise le plus souvent une bétonnière, qui facilite grandement les opérations lorsqu’il s’agit de couler une dalle ou de réaliser des travaux de coffrage importants. Pour une grosse quantité de béton, on aura recours à une livraison par camion-toupie.

image

Faire du mortier (dosage et gâchage)

On distingue trois types de mortier. Dans la construction, on utilise souvent les mortiers bâtards qui combinent deux liants, le ciment et la chaux (généralement en parts égales) ; ces produits allient une bonne solidité à une plasticité qui les rend faciles à utiliser. Les mortiers de ciment sont plus résistants, mais ils durcissent très vite et présentent des risques de fissuration. Les mortiers de chaux sont assez fragiles, mais très onctueux.

Les dernieres vidéos maison

image

Immobilier : l'impact du confinement

Près de 3 mois de confinement ont fait prendre conscience aux Français des qualités et, plus souvent encore, des carences de leur logement. Manque de surface, de pièces, de balcon ou de terrasse, de jardin... suscitent de nouvelles envies. Le déconfinement les libère. C'est ce que nous explique Éric ALLOUCHE, le directeur général exécutif du réseau ERA 

image

A quel point le bois de chauffage est-il économique ?

Dans cette interview, Christian PESSEY et Jean-Louis BAL, président du label flamme verte vous expliquent en quoi le bois de chauffage représente encore aujourd'hui l'un des combustibles les plus économiques. 

image

Les isolants naturels : qu'est-ce que c'est?

Les isolants naturels ont le vent en poupe. Christian PESSEY fait le point sur le sujet avec Joël PACCANELLI, gérant de ECO-LOGIS, entreprise de distribution d’éco-matériaux pour la maison et notamment de matériaux d’isolation biosourcés et de peintures écocertifiés.

image

Pompe à chaleur et confort d'été

Dans cette interview, Christian PESSEY et Christel MOLLÉ de l' AFPAC , font le point sur l'utilisation d'une pompe à chaleur réversible pour améliorer le confort d'été dans votre logement. 

image

Les conseils de la semaine du 4 au 10 mai

Isoler les combles  contre la chaleur, tout savoir sur  les prises et les interrupteurs , entretenir une  terrasse en terre cuite , rénover les  meubles de jardin , insonoriser une  pompe de piscine , choisir un  chauffe-eau électrique , rénover la pierre, nettoyer un  crépis monocouche , réparer les  fuites de chasse-d’eau  : retrouvez tous les conseils publiés pendant la semaine.

Les derniers conseils maison

image

Faire du bois de chauffage

Le bois est une énergie renouvelable dont la qualité n’est plus à démontrer. L’évolution des poêles, inserts, foyers fermés et même chaudières l’ont replacé en bonne position parmi les différents combustibles. Si vous possédez une parcelle boisée ou si vous pouvez acheter du bois sur pied, il est très intéressant de pouvoir “faire son bois” soi-même, bien sûr dans le respect des règles d’exploitation raisonnée de la forêt.

image

Une initiative collective de production et d'autoconsommation d'électricité entre voisins : HARMON'YEU

Au printemps 2020, ENGIE, en partenariat avec la mairie de l’Île d’Yeu et 3 institutions locales, a lancé cette expérimentation innovante d’autoconsommation collective baptisée Harmon’Yeu. Né grâce à la volonté de ses habitants et des autorités locales de s’inscrire dans la transition énergétique, ce projet constitue une première en France dans le fait qu’il intègre plusieurs maisons individuelles productrices d’énergie et une batterie de stockage commune, à l’échelle d’un quartier. Un logiciel intelligent développé spécifiquement par ENGIE pour le projet permet de piloter la répartition de l’énergie produite entre les utilisateurs.

image

Faire une terrasse en bois ou en composite

C’est toujours le moment de s’intéresser à la terrasse, que vous soyez en maison individuelle ou en logement avec un grand balcon ou une terrasse. Souvent le sol est en béton ou en carrelage. La tendance est à les recouvrir de lames en bois ou en bois composite, parfois en dalles de caillebotis.

image

Dégradation maison bois : peut-on faire jouer la garantie décennale?

J'ai une maison ossature bois construite entre septembre 2010 et août 2011. J'ai remarqué l'année dernière l'apparition de moisissures/champignons sur l'un des cadres de fenêtre. En février de cette année, un charpentier et un expert en bâtiment m'ont dit que cela venait de l'eau stagnante sur l'appui de fenêtre dû à la coulisse du volet roulant qui descend trop bas et du fait que l'appui de fenêtre n'est pas de bavette contre les parois verticales. Pour eux, il est certain que le constructeur de la maison doit intervenir et faire fonctionner la garantie décennale. L'avis du constructeur est le suivant: l'eau s'est infiltrée car les peintures n'ont pas été entretenues. Je joins des photos afin d'avoir votre avis sur le sujet. Cela fait- il partie de la garantie décennale ou est-ce un problème d'entretien ? Laurent

image

La prise de terre : ça sert à quoi?

Tout le monde a entendu parler de la prise de terre, mais on ne sait pas toujours ce que c’est et surtout à quoi ça sert. Élément essentiel de la protection de l'installation électrique, de celle des biens et surtout des personnes, la prise de terre doit aujourd'hui être disponible dans tous les logements, ce qui n'est malheureusement pas le cas partout.

image

Humidité dans la maison : d'où vient-elle?

L’humidité est l’un des problèmes les plus désagréables mais aussi les plus préoccupants dans la maison, aussi bien pour ceux qui y habitent que pour la maison elle-même. Elle peut avoir différentes origines et causes.   

image

Les isolants naturels : qu'est-ce que c'est?

Les isolants naturels ont le vent en poupe. Christian PESSEY fait le point sur le sujet avec Joël PACCANELLI, gérant de ECO-LOGIS, entreprise de distribution d’éco-matériaux pour la maison et notamment de matériaux d’isolation biosourcés et de peintures écocertifiés.