Percer le métal : les outils de perçage

On perce à froid dans le métal, pour réaliser des trous traversants ou borgnes, destinés généralement au passage des rivets ou au taraudage pour l’assemblage des pièces par boulonnage.

 

Les outils de perçage

Le foret hélicoïdal est utilisé pour tous les travaux de perçage. Les forets sont généralement en acier “rapide” ; ils sont pourvus de deux rainures pour l’évacuation des copeaux de métal. Les forets sont de longueurs et de diamètres variés ; en règle générale, les jeux de forets vendus par les fabricants comprennent des outils de 1 à 13 mm. Il existe des forets de plus grand diamètre pour les machines d’atelier. Ils sont le plus souvent à queue cylindrique et fixés dans un mandrin trois mors à serrage concentrique. Il existe aussi des forets à queue conique, laquelle permet un meilleur centrage pour les trous de grand diamètre.

Les porte-outils

La perceuse

Pour percer le métal, utilisez une bonne perceuse électrique. Il est pratiquement indispensable de la monter sur un support vertical, afin de l’utiliser en poste fixe (sinon, la précision laisse à désirer et l’on risque de casser les forets). Employez une perceuse à plusieurs vitesses (et, si possible, à variateur électrique de vitesse qui permet un réglage exact).
La base du support vertical comporte généralement un plateau qui permet de recevoir un petit étau.
Il existe des machines plus perfectionnées pour tous perçages dans les ateliers (perceuses sensitives).

Le porte-foret (ou chignole)

C’est l’outil de perçage manuel pour métal. Il comporte deux couples d’engrenage qui permettent de percer à grande ou à petite vitesse. Il faut exercer une poussée sur la plaque d’appui de l’appareil pour assurer la pénétration du foret. Le porte-foret ne permet pas de percer de trous de plus de 1 cm (avec avant-trou à partir de 5 mm). On trouve malheureusement de moins en moins de chignole dans le commerce.

La fixation

La pièce doit être solidement assujettie sur le plateau de la perceuse. Mal fixée, une pièce peut être projetée et blesser gravement. Il est possible d'effectuer une fixation par serre-joints, mais l'étau pour perceuse reste l'accessoire incontournable pour des travaux de précision. 

Les trous traversants

Lors du perçage de tôles minces, placez au-dessous une cale de bois, pour qu’il n’y ait pas de bavures. Sur les pièces épaisses, en fin de perçage, diminuez la poussée afin d’éviter que le foret ne se bloque au moment du choc de sortie.

Les trous borgnes

Utilisez un guide de profondeur ou bien placez un repère sur le foret (bracelet élastique ou morceau de ruban adhésif).

Le traçage

Il se fait à la pointe à tracer, par l’intersection de deux axes, ou au compas, par l’intersection de deux arcs de cercle. Donnez un coup de pointeau avec le marteau au centre du trou. Le marquage au pointeau doit être assez profond pour guider le foret.

La lubrification

Elle est nécessaire dès que l’on perce des pièces épaisses. Utilisez:
• de l’huile pour l’acier doux,
• de l’huile fluide (de paraffine) pour le cuivre,
• de la térébenthine pour l’aluminium
Si vous constatez un échauffement excessif, il faut interrompre le perçage, laisser refroidir et réduire ensuite la vitesse.

Le réglage de la vitesse

Un petit foret perce à grande vitesse, un gros, à petite vitesse. Pour un foret de 4 mm en acier rapide, vous pouvez percer à 1 200 tr/min ; pour 10 mm, réduisez à 500 tr/min.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Plier et cintrer le métal

Les métaux peuvent être cintrés à froid ou à chaud. On plie (et on cintre) les tôles , les tubes et les barres . Cette technique permet notamment de réaliser des objets décoratifs en fer forgé : grilles, lampadaires ou appliques.

image

Couper le métal

Le métal en feuilles ne doit pas être scié, mais cisaillé . Ce procédé est appliqué aux tôles des différents métaux et alliages. Il est exécuté avec des outils fonctionnant selon le principe du levier (ciseaux). La coupe du métal est à distinguer de son sciage.

image

Travailler le métal

Contrairement à une idée reçue, le travail du métal n’est pas du seul ressort du professionnel. Il est vrai que l’on accorde volontiers à l’amateur une compétence davantage en rapport avec des matériaux plus faciles à façonner que le métal. Pourtant, les occasions ne manquent pas, dans la vie courante, particulièrement lorsqu’on habite une maison individuelle, de mettre en pratique une activité somme toute assez simple, à condition, bien entendu, d’employer et de maîtriser les techniques et le matériel appropriés. Le métal est un matériau qui rebute parfois le bricoleur, car celui-ci le considère comme froid et difficile à travailler, lui préférant le bois. Le métal, pourtant, est plus facile à scier et à usiner, car plus homogène.

Les dernieres vidéos maison

image

Isolation des parois : la fin des ossatures?

Dans une conférence de presse commune, confirmant le rapprochement entre Placo et Isover, les représentants des marques du groupe Saint-Gobain ont annoncé jeudi 23/01/2020 une innovation capitale associant deux de leurs produits phares : la plaque Habito pour Placo (plaque haute densité à rigidité et densité renforcée) et l a laine de verre GR 32 ou GR 30 aux performances thermiques élevées et aux propriétés mécaniques qui facilitent la mise en œuvre. L'innovation réside dans la suppression des ossatures métalliques rendue possible par l’association d’une plaque de plâtre ultra résistante et d'accessoires de pose brevetés, inspirés du système Optima. D'où l'appellation du système : Optimax Habito®.  

image

Lutter contre les problèmes de bruit

Christian PESSEY et  Nicolas BALANANT, expert Qualitel en acoustique, vous apportent leur conseils sur tous les problèmes sonores que vous pouvez rencontrer dans votre logement.

Les derniers conseils maison

image

Isolation des parois : la fin des ossatures?

Dans une conférence de presse commune, confirmant le rapprochement entre Placo et Isover, les représentants des marques du groupe Saint-Gobain ont annoncé jeudi 23/01/2020 une innovation capitale associant deux de leurs produits phares : la plaque Habito pour Placo (plaque haute densité à rigidité et densité renforcée) et l a laine de verre GR 32 ou GR 30 aux performances thermiques élevées et aux propriétés mécaniques qui facilitent la mise en œuvre. L'innovation réside dans la suppression des ossatures métalliques rendue possible par l’association d’une plaque de plâtre ultra résistante et d'accessoires de pose brevetés, inspirés du système Optima. D'où l'appellation du système : Optimax Habito®.  

image

Faire du plâtre

Du fait de son temps de prise très bref, le plâtre est plus difficile à gâcher que le ciment ou la chaux. De plus, il suffit d’un rien (malaxage irrégulier, complément d’eau, etc.) pour faire “mourir” le plâtre qui, une fois mis en œuvre, ne prendra pas ou se révélera sans résistance. Le gâchage et l’application du plâtre sous forme d’enduit constituent de véritables spécialités.

image

La vermiculite (mica expansé) :

La vermiculite est adaptée à l'isolation du sol des combles : la méthode d’épandage des isolants en vrac est évidemment assez simple ; un minimum de méthode et un certain nombre de précautions sont cependant nécessaires pour obtenir de bons résultats.

image

Isolation acoustique avec de la laine de verre ISOVER PAR PHONIC

Loin d’ être une fatalité, le bruit nécessite d’être apprivoisé. Une conception du bâtiment et de son acoustique bien pensées permettent de maîtriser la qualité sonore, le confort et le bien-être de ceux qui y vivent ou y travaillent. PAR PHONIC est conçu pour un usage polyvalent en cloisons de distribution et de séparation.

image

Le bois : appellations

 Il n’est pas toujours facile de trouver du bois massif. Les revendeurs spécialisés ou les grandes surfaces se limitent souvent à la vente de dérivés (panneaux de particules ou de contreplaqué) et de bois blanc (sapin) pour les barres et les moulures. Pour commander du bois, il faut en connaître les différentes appellations.