Ramonage : les bûches de ramonage... ne ramonent pas!

On trouve dans le commerce quantités de produits (bûches ou poudre) sensés nettoyer le conduit de cheminée. C'est le cas des fameuses "bûches de ramonage". Il s'agit en fait de produits d'entretien dont l'efficacité reste à prouver, qui ne sauraient remplacer le ramonage d'un professionnel. 

Le ramonage : une obligation réglementaire

Comme pour nombre de points de la vie en communauté, c'est le Règlement Sanitaire Départemental qui régit les obligations en matière d'entretien des immeubles et des conditions de leur utilisation. Il est facile de se le procurer sur internet. Comme il y a autant de Règlements que de départements, ceux-ci peuvent varier légèrement de l'un à l'autre. Tous sont d'accord sur un point : "Les appareils de chauffage, de production d’eau chaude ou de cuisine individuels, ainsi que leurs tuyaux de raccordement et les conduits de fumée correspondants doivent être, à l’initiative des utilisateurs , vérifiés, réglés et ramonés au moins deux fois par an (...) On entend par ramonage, le nettoyage par action mécanique directe de la paroi intérieure du conduit de fumée, du foyer et du tuyau de raccordement, afin d’en éliminer les suies et dépôts et d’assurer leur vacuité, notamment celle du conduit sur toute sa longueur. Les conduits de fumée intérieurs ou extérieurs, fixes ou mobiles, utilisés pour l’évacuation des gaz de la combustion doivent être maintenus constamment en bon état d’entretien et de fonctionnement et ramonés périodiquement en vue d’assurer le bon fonctionnement des appareils et d’éviter les risques d’incendie et d’émanations de gaz nocifs dans l’immeuble, ainsi que les rejets de particules dans l’atmosphère extérieure". Mais cette obligation d'entretien ne peut pas se faire n'importe comment et par n'importe qui. Le Règlement précise : "Les opérations de ramonage des conduits de fumée et des tuyaux de raccordement doivent être exécutés par un maître ramoneur". Et de préciser : "Les appareils de chauffage, de production d’eau chaude ou de cuisine individuels, ainsi que leurs tuyaux de raccordement et les conduits de fumée correspondants doivent être, à l’initiative des utilisateurs , vérifiés, réglés et ramonés au moins deux fois par an".

Les choses sont donc claires : une cheminée doit être ramonée:
deux fois par an
• par un maître ramoneur
•de façon mécanique (avec des brosses)

Utilité des bûches de ramonage

Une bûche de ramonage se présente sous la forme d'une bûche de bois compacté, comprenant différents additifs tels que des sels minéraux et du sulfate de cuivre. En brûlant, la bûche dégage des gaz ayant pour fonction de décrocher les plus grosses particules de calcins pouvant adhérer au conduit. Le même résultat peut être obtenu avec une "poudre de ramonage". Ces produits ne "ramonent" pas au sens strict du terme : ils participent tout au plus à une entretien régulier du conduit, mais ne dispensent en rien des ramonages mécaniques obligatoires.

Ne pas confondre assurance et garantie

Certains fabricants glissent dans l'emballage de leur bûche un contrat d'assurance à retourner après achat?." Ce contrat intervient en complément ou à défaut du contrat incendie souscrit par ailleurs par lʼutilisateur. En complément du contrat incendie, le contrat prendra en charge le différentiel entre le remboursement de lʼassurance incendie et la valeur réelle du dommage.".  Cela ne vous exonère en aucun cas des obligations réglementaires du ramonage "physique". Pas plus que cela ne vous dédouane de vos obligations d'entretien locatif (dont font partie d'entretien de la chaudière et le ramonage)  si vous êtes locataire.  À défaut, et en cas d'incendie, votre assurance peut refuser la prise en charge des dégâts sur vos biens propres (elle prendra en charge les dégâts subis par des tiers). Seul le certificat que vous remettra un maître ramoneur aura valeur de garantie ouvrant droit à indemnisation en cas de sinistre (feu de cheminée). 

 

Partager avec vos amis :

Les dernieres vidéos maison

image

Les aides pour le chauffage au bois

Saviez-vous que vous que le  # chauffage  au  # bois  bénéficiait d'aides telles que le  # CITE  ? Le point avec le label  Flamme Verte  et  Christian Pessey  !

Les derniers conseils maison

image

Faire du plâtre

Du fait de son temps de prise très bref, le plâtre est plus difficile à gâcher que le ciment ou la chaux. De plus, il suffit d’un rien (malaxage irrégulier, complément d’eau, etc.) pour faire “mourir” le plâtre qui, une fois mis en œuvre, ne prendra pas ou se révélera sans résistance. Le gâchage et l’application du plâtre sous forme d’enduit constituent de véritables spécialités.

image

La vermiculite (mica expansé) :

La vermiculite est adaptée à l'isolation du sol des combles : la méthode d’épandage des isolants en vrac est évidemment assez simple ; un minimum de méthode et un certain nombre de précautions sont cependant nécessaires pour obtenir de bons résultats.

image

Le bois : appellations

 Il n’est pas toujours facile de trouver du bois massif. Les revendeurs spécialisés ou les grandes surfaces se limitent souvent à la vente de dérivés (panneaux de particules ou de contreplaqué) et de bois blanc (sapin) pour les barres et les moulures. Pour commander du bois, il faut en connaître les différentes appellations.

image

Le matériel de peinture

Technique ancienne et restant très largement artisanale, la peinture fait appel à des outils classiques – les brosses, en particulier – dans des gammes importantes pour répondre à de multiples cas de figure.  

image

Poser un revêtement vinyle (PVC) en lé

Héritiers du traditionnel linoléum – toujours fabriqué –, les revêtements plastiques en lés occupent aujourd’hui une place prépondérante dans l’univers des revêtements de sol. Leur pose est simple à condition d'être précédée d'une bonne préparation.

image

Construire un mur en béton banché

Le béton peut servir à construire des murs ou des cloisons d'une grande solidité. C'est ainsi que sont construits nombre d'immeubles collectifs, mais aussi certaines maisons individuelles. Cette technique peut aussi être utilisée pour l'édification de mur de soutènement très solides.