Tailler arbres et arbustes

L’opération consiste à éliminer ou à raccourcir certains rameaux sur les végétaux ligneux. Elle favorise donc la croissance des rameaux conservés, ainsi que la floraison ; certaines espèces ne doivent jamais être taillées : il s’agit, en général, d’arbres à croissance assez lente tels que le chêne, le bouleau, le hêtre ou le marronnier. La plupart des espèces subissent annuellement une taille de nettoyage. Sur les arbustes et les arbres cultivés pour leur floraison décorative se pratique une taille de floraison, destinée à favoriser la venue de belles fleurs bien développées. Les tailles d’élagage et de rabattage assurent la régénération de la plante. La taille des arbustes décoratifs est plus simple que celle des fruitiers, mais demande de la minutie.

Les outils de taille

Les scies sont des outils de taille occasionnels, utilisés pour éliminer les grosses branches, mortes ou nuisant à l’harmonie de la forme.
Les sécateurs existent en différents types se distinguant par leurs lames (voir page 129). Pour la taille des branches de fort diamètre, on peut utiliser un sécateur à deux mains et, pour celles élevées, un ébrancheur, situé au bout d’un long manche, commandé à distance par cordon.
Les cisailles à haie existent en version manuelle, à lame frottante, et en version mécanique, à moteur électrique ou thermique (essence).
Les greffoirs et serpettes sont des couteaux spécifiques, utilisés pour greffer.

L’entretien des outils de taille ne doit pas être négligé.

Une taille effectuée avec des outils peu tranchants donne souvent des résultats loin de ceux escomptés. Les tissus, écrasés au lieu d’être tranchés nets, sont plus sensibles et cela favorise le pourrissement. Le sécateur
est l’outil de taille par excellence. Vérifiez souvent les mâchoires du sécateur, pour qu’elles ne rouillent pas ; graissez-les régulièrement afin de les protéger. Affûtez souvent les lames car elles s’émoussent rapidement. Contrôlez le fonctionnement du ressort de rappel ; graissez-le régulièrement. Affûtez la lame du greffoir et de la serpette servant régulièrement.

Comment tailler ?

Un rameau ne se coupe pas n’importe comment:
il faut surtout trancher net, car une coupe irrégulière cicatrise mal et favorise la pourriture des cellules. Après une coupe nette, le tissu cicatrisera assez rapidement surtout si on a pris la précaution d’appliquer du mastic.
il faut trancher en biais, un peu au-dessus d’un bourgeon (œil), la partie saillante du rameau se trouvant du côté du bourgeon après la coupe. Après la taille, cet œil se développe et donne ensuite une pousse
Si la coupe est faite trop près de l’œil, il risque de se dessécher. Mais si la coupe se trouve trop loin de l’œil, il se développe mal, ou même pas du tout.

Rabattage et recépage.

Lorsqu’un arbuste ou un arbre atteint une trop grande taille, il faut le rabattre, c’est-à-dire couper une partie des branches principales. Ce rabattage permet à la plante de renouveler une grande partie de son système aérien, qui a ensuite meilleur aspect. Il faut couper ces branches comme les rameaux, au-dessus d’un bourgeon (dormant). Certaines espèces à croissance rapide doivent subir une taille de rabattage chaque année.

Le recépage, opération de taille très sévère, consiste à supprimer la plus grande partie du système aérien (à 15 cm du sol). Cette opération, réservée aux sujets anciens, permet une régénération de la plante. Le recépage aboutit au redémarrage à la base de l’arbuste ou de l’arbrisseau et à la constitution d’une nouvelle touffe. Il peut aussi faire apparaître un rejet unique pour les espèces à tronc.

Élagage.

La taille des arbres se révèle un exercice plus difficile. L’élagage (suppression de branches d’arbre) a le plus souvent pour but de réduire l’ampleur d’un sujet qui fait trop d’ombre, ou bouche la vue. Il faut prendre des précautions car la taille implique de monter dans l’arbre et de travailler en hauteur, avec une scie égoïne. Apportez une grande attention à la sécurité ; attachez-vous au tronc si vous craignez de perdre l’équilibre, et évitez de travailler avec une tronçonneuse en hauteur. La tronçonneuse est une machine dangereuse. Préférez-lui toujours une scie à main chaque fois que le diamètre de la branche le permet.

Dans toute la mesure du possible, ne vous attaquez pas aux plus grosses branches : ce travail est trop dangereux. En effet, il s’avère difficile de prévoir comment va tomber une branche, et vous risquez de vous blesser. En outre, la plaie laissée sur un arbre par une grosse branche cicatrise mal et favorise souvent le développement de maladies cryptogamiques. Élaguez de préférence en hiver, en l’absence de feuillage pour les caducs et lorsque la sève ne risque pas de s’écouler par la plaie ouverte.

– Utilisez de préférence une scie égoïne, bien affûtée. La coupe doit être perpendiculaire à la branche, sauf pour les verticales car la plaie serait trop exposée à la pluie.
– Coupez d’abord les branches secondaires, puis sciez la branche à éliminer.
– Terminez la coupe à la serpe, contre le tronc (ou la branche principale s’il s’agit d’une branche secondaire). Ne laissez pas de bout de branche dépasser, car la cicatrisation se fait mal.
– Pansez la plaie ; utilisez un mastic assez liquide pour imprégner le bois en profondeur et le garantir contre les champignons (il existe des produits spéciaux dans le commerce).

Taille annuelle des arbustes

La plupart des arbustes et des arbrisseaux, ainsi qu’un grand nombre de petits arbres, subissent une taille annuelle. Celle-ci sert à contrôler leur développement afin de leur donner une forme harmonieuse. Elle permet, par exemple, d’amener tous les sujets d’un massif d’arbustes au même niveau de développement afin d’obtenir un ensemble décoratif. Elle sert aussi à nettoyer la plante de tous les rameaux ou branches endommagés, malades ou morts, afin d’éviter le développement des maladies et de supprimer tous les rameaux mal venus. Des rameaux trop nombreux au centre de l’arbre nuisent à l’aération et à l’ensoleillement ; il faut donc les supprimer.

La taille, en supprimant une partie du système aérien du végétal, donne plus de vigueur aux parties restantes car les substances organiques leur parviennent mieux. Au cours de la taille des arbustes et des arbres cultivés pour leur floraison s’effectue la sélection d’un certain nombre de rameaux qui donneront de belles fleurs.

Taille de floraison

Les arbustes à fleurs se classent en deux groupes : ceux à floraison estivale et ceux à floraison printanière.

Les arbustes fleurissant en été ou en automne sont taillés (pour la plupart) en hiver, comme les arbustes à feuillage décoratif. En effet, les fleurs apparaissent sur de jeunes rameaux nés au printemps. Un bon exemple de ce type d’arbuste : le buddleia, qui se taille assez sévèrement en hiver et fleurit en été.
Les arbustes fleurissant précocement au printemps sont taillés immédiatement après floraison, les fleurs apparaissant sur les rameaux d’un an (forsythia, par exemple). Les fleurs sont donc déjà en formation sur les rameaux en hiver et une taille pratiquée à cette époque supprime des branches florifères.
La plupart des arbustes à floraison printanière tardive (rhododendron) n’ont besoin d’aucune taille ; il suffit d’éliminer les fleurs fanées, les rameaux et les branches endommagés. Un rabattage tous les 3 ou 4 ans peut être nécessaire pour redonner de la vigueur à la plante.

La taille des haies

Elle s’effectue à la cisaille manuelle ou mécanique. L’époque de taille est fonction des arbustes utilisés. La taille des haies à feuillage décoratif intervient en été. Ne pas tailler trop courts les haies de conifères (notamment les thuyas). 

Partager avec vos amis :

Les dernieres vidéos maison

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

image

Améliorer son confort acoustique

Dans cette vidéo, Christian PESSEY interroge Pascal OZOUF,  responsable Innovations et Acoustique chez Placo® , sur les dernières innovations permettant d'améliorer votre confort acoustique.

image

La laine de verre et la santé

Dans cette interview, Christian PESSEY fait le point avec Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER sur les risques que représenteraient l'utilisation de la laine de verre et pour en avoir le coeur net, ils ont fait appel à l'expertise du docteur Christian RECCHIA.

image

Chauffage: le suivi à distance

Dans cette vidéo, Christian PESSEY et Camille MAINGUENAUD, chef de projet marketing chez ENGIE Home Service , vous expliquent comment fonctionne le suivi à distance de votre chaudière et en quoi il représente un avantage certain pour son entretien.

image

Comment isoler sa maison ?

Dans cette vidéo, Christian PESSEY et Pierre-Guillaume VUILLECARD, responsable de la communication chez Les ECO-Isolateurs se sont interrogés sur ce qui fait une bonne isolation. 

Les derniers conseils maison

image

Cloisons légères de séparation : quel matériau choisir?

Monter une cloison permet de réaliser différents aménagements : séparer un grand espace en plusieurs pièces, créer une séparation dans une pièce ou installer un coin bureau ou toilettes. Suivant votre besoin et l’emplacement de la cloison, il est important de faire le bon choix.  

image

Isoler la toiture de combles aménageables

Quand on veut conserver la possibilité d’utiliser les combles, notamment pour en faire des pièces à vivre, on isole la sous-toiture et non le sol du grenier. On utilise pour cela de la laine minérale ou végétale de forte épaisseur. La solution la plus simple est de l’embrocher sur des suspentes et de la maintenir par des profilés (appelés aussi fourrures) métalliques sur lesquels sont ensuite fixées des plaques de plâtre ou encore du lambris. Ce type d’isolant (ici IBR Contact) très performant est gainé d’un voile de protection limitant les risques d’irritation de la peau quand on le manie.

image

Confinement : aménager la maison pour le télétravail

Les confinements successifs révèlent la place prépondérante qu'est en train de prendre le télétravail, autrement dit, le travail à la maison, encouragé, voire imposé par les Pouvoirs publics et donc par les entreprises. L'expérience démontre la nécessité d'organiser voire d'aménager les lieux pour être efficace et pour ne pas déranger le reste de la famille.

image

Couler une dalle en béton extérieure

Le béton commence à prendre 2 h environ après avoir été gâché. Il faut donc le couler, le tasser et en lisser la surface pendant cette durée. Divisez les grandes surfaces en sections pouvant être finies sans difficulté dans ce laps de temps. Vous pouvez marcher sur le béton au bout de 3 jours, mais attendez 5 jours avant de le décoffrer et au moins 10 avant de rouler dessus avec une voiture.  

image

L'humidité dans la maison en hiver

C’est l’un des principaux problèmes que l’on peut rencontrer dans une maison en cette saison. D’abord parce que c’est la période où le taux d’humidité dans l’air est le plus élevé, mais aussi parce que quand il ne neige pas, il  pleut beaucoup .