Électricité : les fils et les conduits

Le courant électrique est acheminé au point d’utilisation, et donc de consommation, par l’intermédiaire de conducteurs, appelés communément “fils”, qui bénéficient d’une protection visant à la fois à les isoler et à les garantir contre les chocs.

Les conducteurs

Le métal des fils

Seul le métal possède une conductibilité suffisante pour permettre le déplacement des électrons de façon satisfaisante. Le cuivre, le laiton et l’aluminium sont parmi les métaux les plus favorables à ce phénomène, ce qui explique leur large utilisation, mais on trouve aussi l’acier et différents alliages dans certains conducteurs.

Les isolants des fils

Dans tous les cas, le fil doit être isolé, afin d’éviter toute “fuite” de courant, tout risque de mise sous tension accidentelle de carcasse d’appareil, tout risque de court-circuit. Assurée à l’origine par des gaines textiles, cette isolation est aujourd’hui obtenue par des gaines en matière plastique à base de PVC.

Les conducteurs câblés

Ils sont composés de plusieurs fils de faible section, généralement torsadés entre eux, protégés par une même gaine isolante. On les désigne sous l’appellation de "conducteurs à âme câblée".
Cette structure garantit leur souplesse, d’où leur utilisation principale dans le domaine des installations mobiles, autrement dit le raccordement des appareils aux circuits prises par l’intermédiaire de fiches. L’alimentation de ces appareils se faisant par deux fils (en monophasé), ces conducteurs sont généralement groupés par deux, sous la forme de méplats. Ils ne doivent en aucun cas servir à la réalisation d’installations fixes, même si l’on trouve dans le commerce des pontets clouables qui leur sont destinés.

Les conducteurs massifs

À la différence des précédents, ils sont composés d’un fil unique (on les désigne sous l'appellation de "conducteurs à âme massive") de plus ou moins forte section, protégé par une gaine isolante dont la couleur correspond au type d’utilisation (phase, neutre, protection).
Du fait de leur structure, ils ont une souplesse très limitée. Ils ne peuvent en aucun cas alimenter des appareils mobiles ou rester apparents dans le cadre d’installations fixes. Il faut, dans ce cas, qu’ils soient placés sous conduits.

Les câbles multiconducteurs

Cette appellation ne définit pas la structure interne du conducteur, mais le mode d’association de plusieurs conducteurs sous une gaine isolante.
Les câbles multiconducteurs à âme câblée sont destinés aux installations mobiles et à l’alimentation d’appareils de forte puissance, ou imposant la présence d’un conducteur de protection (terre). 
Les câbles multiconducteurs à âme massive, beaucoup plus rigides, permettent la réalisation d’installations fixes apparentes avec fixation par pontets clouables. La rigidité des conducteurs limite les possibilités de courbes (dont le rayon ne doit pas excéder six fois la section du conducteur).
Il contiennent 3 conducteurs (phase, neutre, terre) en monophasé ou 5 conducteurs (3 phases, 1 neutre, 1 terre) en triphasé.

Il est admis d'utiliser des conducteurs souples dans une installation à condition que les connexions aux extrémités terminales (boîtes de connexions, PC, luminaires, etc.) soient réalisées avec des embouts sertis.

 

SECTION DES CONDUCTEURS
Intensité maxi Puissance maxi raccordable (sous 220v) Section des conducteurs
10A 2 200 W 1,5 m2
16A 3 500 W 2,5 m2
20A 4 400 W 4,0 m2
32A 7 000 W 6,0 m2

 

Les conduits

On désigne sous cette appellation un certain nombre de matériels, parfois très différents les uns des autres, mais qui ont en commun de permettre la protection des conducteurs dans le cadre des installations à poste fixe.

Les conduits tubulaires apparents

Il s’agit, comme leur nom l’indique, de tubes fixés directement sur les murs et les cloisons, dans lesquels passent les conducteurs. À l’origine en métal (aujourd'hui interdit), ces tubes sont désormais en PVC, leur fixation se faisant par des colliers vissants. Ils sont cintrables à chaud, mais on trouve une gamme complète d’accessoires de liaison (coudes, T, manchons, etc.). Ces conduits doivent assurer une protection continue des conducteurs à âme massive. On les utilise parfois de façon discontinue en association avec des câbles multiconducteurs. Assez inesthétiques, ces conduits conviennent pour les caves, les locaux industriels ou certaines pièces humides dans lesquelles la baguette est interdite.

Les conduits tubulaires encastrables

Les conducteurs à âme massive utilisés dans les installations encastrées doivent être protégés par des conduits tubulaires encastrés ou noyés dans la maçonnerie. Là encore, on utilise largement le PVC au détriment du métal. Une normalisation des conduits encastrables est en vigueur, en fonction des conditions d’utilisation.

Les conduits métalliques

Longtemps tolérés, ils sont aujourd’hui strictement interdits en installation neuves pour les risques évidents d’électrocution qu’ils peuvent engendrer. Ces conduits apparents rigides doivent donc être remplacés par des conduits en PVC chaque fois que c’est possible. Les conduits métalliques encastrés déjà en place peuvent être réutilisés à condition de contenir : soit des conducteurs comportant une isolation en PVC (les circuits concernés doivent dans ce cas être protégés par dispositif différentiel à haute sensibilité 30 mA), soit des câbles présentant une isolation équivalente à celle de la classe II (double isolation).

Distinction des conduits

Les conduits peuvent être posés en apparent, en encastré ou dans les vides de construction. Les systèmes d’installation comprennent les conduits eux-mêmes, mais aussi un certain nombre d’accessoires : jonctions, raccordements, terminaisons, changements de direction. Les conduits et accessoires respectant la norme NF EN assurent des degrés de protection homogènes tout le long des conduits y compris les accessoires. La protection des conduits doit être assurée mécaniquement, sans discontinuité.  Le raccordement des conduits entre eux s’effectue à l’aide des accessoires de raccordement déjà cités. Dans le cas où les conduits sont encastrés, ces accessoires doivent assurer l’étanchéité pendant le temps de prise du béton, du mortier ou du plâtre. Un même conduit peut contenir des conducteurs appartenant à des circuits différents sous certaines conditions.

Un conduit est identifié par:
une couleur (le orange signifiant qu'il peut être conducteur de flamme et que de ce fait il doit être obligatoirement encastré dans la maçonnerie)
deux chiffres indiquant son diamètre extérieur
trois ou quatre lettres indiquant ses qualités
quatre chiffres (de 1 à 4) indiquant ses propriétés

QUALITÉS
Codification Qualité
NF-USE Label de qualité
Chiffre Degré de résistance mécanique
Numéro Référencement
A Annelé
B Blindé
C Cintrable
C Composite
D Déformable
E Étanche
I Isolant
L Lissé
M Métallique non isolant
O Ordinaire
P Non propagateur de flammes
R Rigide
S Souple
T Transversalement élastique

 

  PROPRIÉTÉS  
Chiffres Fonction Signification
1 Résistance à l'écrasement 3 (750 N), 4 (1250 N),
5 (4000 n)
2 Résistance aux chocs 3 (2 J), 4 (6 j), 5 (20 J)
3 Température mininimale d'utilisation 2 (-5° C), 5 (-45° C)
4 Température maximale d'utilisation 1 (+60° C), 2 (+ 90° C),
5 (+ 400° C)

 

 

 

 

 

Partager avec vos amis :


Cet article peut vous intéresser :

image

Les principes d'une installation électrique

La vocation d’une installation est d’alimenter des appareils fixes ou des points d’alimentation (prises) pour des appareils mobiles. Pour cela, un certain nombre de conducteurs partent du tableau de répartition, situé après le compteur. Ils permettent de répartir le courant mis ainsi à disposition par le distributeur d'énergie.

Les dernieres vidéos maison

image

Les atouts de la PAC hybride gaz

Quels sont les atouts d'une pompe à chaleur hybride gaz ? Christian pessey fait le tour de la question dans cette nouvelle vidéo.

image

Isolation : les tests en situation réelle

Pour mesurer les performances de leurs isolants, Actis pratique ce que l'on appelle des "tests en situation réelle" ! Christian PESSEY et Maxime DURAN, directeur de l'innovation chez Actis vous expliquent de quoi il s'agit.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

image

La laine de verre et la santé

Dans cette interview, Christian PESSEY fait le point avec Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER sur les risques que représenteraient l'utilisation de la laine de verre et pour en avoir le coeur net, ils ont fait appel à l'expertise du docteur Christian RECCHIA.

Les derniers conseils maison

image

Un lit en forme de cabane pour vos enfants

Créé en 2017, Mon Lit Cabane est né de l’idée de deux parents en quête d’inspiration et de designs originaux pour choyer leurs deux enfants avec des chambres créatives, ludiques et où il fait bon grandir.

image

Nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE)

L'arrivée prochaine d'un nouveau Diagnostic de Performance Énergétique obligatoire ne laisse pas indifférents les professionnels de l'immobilier comme le montre la réaction de la FNAIM, qui salue "un outil plus fiable et plus lisible" au service de la rénovation énergétique Emmanuelle Wargon, ministre déléguée au Logement a précisé les grandes lignes du nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE) -obligatoire lors d’une vente ou d’une mise en location d’un logement- qui sera applicable au 1er juillet 2021. Principal changement, l’estimation de la facture énergétique annuelle ainsi que celles des émissions de gaz à effet de serre vont figurer sur le diagnostic. Voici son décryptage.

image

La tendance JAPANDI

Subtile rencontre entre le Japon et la Scandinavie, la tendance Japandi souffle un vent de sérénité et de bien-être dans les intérieurs.

image

Acheter une maison ou un appartement : les conseils de Christian

Compte tenu de la valeur actuelle des appartements et des maisons, l’achat dans l’immobilier ancien mérite de prendre un certain nombre de précautions, souvent de pur bon sens… Les taux de crédit sont très bas : ce n'est pas une raison pour acheter n'importe quoi n'importe où !

image

Les différents types de plafonds

Dans les maisons anciennes, les plafonds sont en plâtre sur lattis (bacula). Dans les habitations modernes, ils sont le plus souvent en plaque de plâtre. Si le plancher est à structure bois, les deux types de plafond sont fixés sur les solives qui supportent le plancher de la pièce supérieure. Beaucoup de maisons ont des sols et planchers d’étage en béton : dalle auto-porteuse, mais plus souvent encore plancher en hourdis béton (ou entrevous), posés entre des poutrelles en béton précontraint, des plaques de plâtre assurant la finition du plafond.

image

Poser de la mosaïque murale en plaque

La pose des tesselles de mosaïque est facilitée par leur assemblage en plaques contrecollées sur une toile Nylon, parfois sur papier kraft. On peut ainsi couvrir toute une surface ou insérer des motifs entre des carreaux classiques.