Électricité : les fils et les conduits

Le courant électrique est acheminé au point d’utilisation, et donc de consommation, par l’intermédiaire de conducteurs, appelés communément “fils”, qui bénéficient d’une protection visant à la fois à les isoler et à les garantir contre les chocs.

Les conducteurs

Le métal des fils

Seul le métal possède une conductibilité suffisante pour permettre le déplacement des électrons de façon satisfaisante. Le cuivre, le laiton et l’aluminium sont parmi les métaux les plus favorables à ce phénomène, ce qui explique leur large utilisation, mais on trouve aussi l’acier et différents alliages dans certains conducteurs.

Les isolants des fils

Dans tous les cas, le fil doit être isolé, afin d’éviter toute “fuite” de courant, tout risque de mise sous tension accidentelle de carcasse d’appareil, tout risque de court-circuit. Assurée à l’origine par des gaines textiles, cette isolation est aujourd’hui obtenue par des gaines en matière plastique à base de PVC.

Les conducteurs câblés

Ils sont composés de plusieurs fils de faible section, généralement torsadés entre eux, protégés par une même gaine isolante. On les désigne sous l’appellation de "conducteurs à âme câblée".
Cette structure garantit leur souplesse, d’où leur utilisation principale dans le domaine des installations mobiles, autrement dit le raccordement des appareils aux circuits prises par l’intermédiaire de fiches. L’alimentation de ces appareils se faisant par deux fils (en monophasé), ces conducteurs sont généralement groupés par deux, sous la forme de méplats. Ils ne doivent en aucun cas servir à la réalisation d’installations fixes, même si l’on trouve dans le commerce des pontets clouables qui leur sont destinés.

Les conducteurs massifs

À la différence des précédents, ils sont composés d’un fil unique (on les désigne sous l'appellation de "conducteurs à âme massive") de plus ou moins forte section, protégé par une gaine isolante dont la couleur correspond au type d’utilisation (phase, neutre, protection).
Du fait de leur structure, ils ont une souplesse très limitée. Ils ne peuvent en aucun cas alimenter des appareils mobiles ou rester apparents dans le cadre d’installations fixes. Il faut, dans ce cas, qu’ils soient placés sous conduits.

Les câbles multiconducteurs

Cette appellation ne définit pas la structure interne du conducteur, mais le mode d’association de plusieurs conducteurs sous une gaine isolante.
Les câbles multiconducteurs à âme câblée sont destinés aux installations mobiles et à l’alimentation d’appareils de forte puissance, ou imposant la présence d’un conducteur de protection (terre). 
Les câbles multiconducteurs à âme massive, beaucoup plus rigides, permettent la réalisation d’installations fixes apparentes avec fixation par pontets clouables. La rigidité des conducteurs limite les possibilités de courbes (dont le rayon ne doit pas excéder six fois la section du conducteur).
Il contiennent 3 conducteurs (phase, neutre, terre) en monophasé ou 5 conducteurs (3 phases, 1 neutre, 1 terre) en triphasé.

Il est admis d'utiliser des conducteurs souples dans une installation à condition que les connexions aux extrémités terminales (boîtes de connexions, PC, luminaires, etc.) soient réalisées avec des embouts sertis.

 

SECTION DES CONDUCTEURS
Intensité maxi Puissance maxi raccordable (sous 220v) Section des conducteurs
10A 2 200 W 1,5 m2
16A 3 500 W 2,5 m2
20A 4 400 W 4,0 m2
32A 7 000 W 6,0 m2

 

Les conduits

On désigne sous cette appellation un certain nombre de matériels, parfois très différents les uns des autres, mais qui ont en commun de permettre la protection des conducteurs dans le cadre des installations à poste fixe.

Les conduits tubulaires apparents

Il s’agit, comme leur nom l’indique, de tubes fixés directement sur les murs et les cloisons, dans lesquels passent les conducteurs. À l’origine en métal (aujourd'hui interdit), ces tubes sont désormais en PVC, leur fixation se faisant par des colliers vissants. Ils sont cintrables à chaud, mais on trouve une gamme complète d’accessoires de liaison (coudes, T, manchons, etc.). Ces conduits doivent assurer une protection continue des conducteurs à âme massive. On les utilise parfois de façon discontinue en association avec des câbles multiconducteurs. Assez inesthétiques, ces conduits conviennent pour les caves, les locaux industriels ou certaines pièces humides dans lesquelles la baguette est interdite.

Les conduits tubulaires encastrables

Les conducteurs à âme massive utilisés dans les installations encastrées doivent être protégés par des conduits tubulaires encastrés ou noyés dans la maçonnerie. Là encore, on utilise largement le PVC au détriment du métal. Une normalisation des conduits encastrables est en vigueur, en fonction des conditions d’utilisation.

Les conduits métalliques

Longtemps tolérés, ils sont aujourd’hui strictement interdits en installation neuves pour les risques évidents d’électrocution qu’ils peuvent engendrer. Ces conduits apparents rigides doivent donc être remplacés par des conduits en PVC chaque fois que c’est possible. Les conduits métalliques encastrés déjà en place peuvent être réutilisés à condition de contenir : soit des conducteurs comportant une isolation en PVC (les circuits concernés doivent dans ce cas être protégés par dispositif différentiel à haute sensibilité 30 mA), soit des câbles présentant une isolation équivalente à celle de la classe II (double isolation).

Distinction des conduits

Les conduits peuvent être posés en apparent, en encastré ou dans les vides de construction. Les systèmes d’installation comprennent les conduits eux-mêmes, mais aussi un certain nombre d’accessoires : jonctions, raccordements, terminaisons, changements de direction. Les conduits et accessoires respectant la norme NF EN assurent des degrés de protection homogènes tout le long des conduits y compris les accessoires. La protection des conduits doit être assurée mécaniquement, sans discontinuité.  Le raccordement des conduits entre eux s’effectue à l’aide des accessoires de raccordement déjà cités. Dans le cas où les conduits sont encastrés, ces accessoires doivent assurer l’étanchéité pendant le temps de prise du béton, du mortier ou du plâtre. Un même conduit peut contenir des conducteurs appartenant à des circuits différents sous certaines conditions.

Un conduit est identifié par:
une couleur (le orange signifiant qu'il peut être conducteur de flamme et que de ce fait il doit être obligatoirement encastré dans la maçonnerie)
deux chiffres indiquant son diamètre extérieur
trois ou quatre lettres indiquant ses qualités
quatre chiffres (de 1 à 4) indiquant ses propriétés

QUALITÉS
Codification Qualité
NF-USE Label de qualité
Chiffre Degré de résistance mécanique
Numéro Référencement
A Annelé
B Blindé
C Cintrable
C Composite
D Déformable
E Étanche
I Isolant
L Lissé
M Métallique non isolant
O Ordinaire
P Non propagateur de flammes
R Rigide
S Souple
T Transversalement élastique

 

  PROPRIÉTÉS  
Chiffres Fonction Signification
1 Résistance à l'écrasement 3 (750 N), 4 (1250 N),
5 (4000 n)
2 Résistance aux chocs 3 (2 J), 4 (6 j), 5 (20 J)
3 Température mininimale d'utilisation 2 (-5° C), 5 (-45° C)
4 Température maximale d'utilisation 1 (+60° C), 2 (+ 90° C),
5 (+ 400° C)

 

 

 

 

 

Partager avec vos amis :


Cet article peut vous intéresser :

image

Les principes d'une installation électrique

La vocation d’une installation est d’alimenter des appareils fixes ou des points d’alimentation (prises) pour des appareils mobiles. Pour cela, un certain nombre de conducteurs partent du tableau de répartition, situé après le compteur. Ils permettent de répartir le courant mis ainsi à disposition par le distributeur d'énergie.

Les dernieres vidéos maison

image

Les ministres pointent du doigt les fraudeurs à la rénovation énergétique

Julien Denormandie, ministre du Logement, Emmanuelle Wargon, secrétaire d’Etat à la Transition Ecologique, et Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat à l’Economie ont annoncé un renforcement des exigences pour l’attribution du label RGE,  plus de contrôles exerces par la DGCCRF, mais aussi par l’Anah. 

image

CAPEB : redonner la confiance dans le label RGE (Reconnu Garant de l'Environnement)

Depuis 18 mois d’échanges et de réunions, les pouvoirs publics, l’ADEME, la DGCCRF, l’ANAH, les représentants des consommateurs, les organisations professionnelles du bâtiment et les organismes de qualification ont participé aux travaux de rénovation du dispositif RGE. Les pouvoirs publics ont arbitré et devraient procéder à la rédaction des futurs arrêtés qui encadreront ce nouveau dispositif et qui seront applicables au cours du 1er semestre 2020. La CAPEB a participé activement à l’instance partenariale dont le but était de « réformer ensemble », soucieuse de renforcer la crédibilité du dispositif RGE, auprès des consommateurs et des entreprises.

image

LE CHAUFFAGE AU BOIS : UNE REPONSE A L’AUGMENTATION DE LA FACTURE ENERGETIQUE DES MENAGES

Le médiateur de l’énergie a publié hier son baromètre annuel. « Comme en 2018, 15% des répondants déclarent avoir souffert du froid au cours de l’hiver (…). Un tiers des ménages a restreint le chauffage pour ne pas avoir de factures trop élevées, et un foyer sur dix rencontre des difficultés pour payer certaines factures d’électricité ou de gaz naturel. »

image

Le Mondial du Bâtiment : du 4 au 8 novembre à Villepinte (Batimat, interclima, Idéobain)

Le Mondial du Bâtiment réunira, du 4 au 8 novembre prochain à Paris-Nord Villepinte, les salons INTERCLIMA, IDÉOBAIN et BATIMAT pour former l’évènement international de référence des secteurs de l’architecture, du bâtiment et de la construction. Considéré comme LE rendez-vous incontournable de tous les acteurs de la filière pour relever les défis d’aujourd’hui et de demain, le Mondial du Bâtiment a pour ambition d’être un observatoire à 360° des transformations du secteur.

image

La CAPEB et BUTAGAZ lancent leur nouvelle offre packagée FACILIPASS Chaudière bois

La Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment ( CAPEB ) et Butagaz, fournisseur de solutions multi-énergies, lancent aujourd’hui une nouvelle offre packagée « Chaudière Bois FACILIPASS ». Dans le prolongement des « Pack Chaudière » et « Pack Pompe à Chaleur », cette offre permet le financement par mensualisation sur 60 mois, de travaux d’installation et d’entretien de chaudières à granulés de bois pour les clients particuliers. Parallèlement, l’intégration de l’aide « Habiter Mieux Agilité » de l’ANAH vient compléter les différentes offres FACILIPASS, afin de favoriser les travaux de rénovation énergétique des ménages les plus modestes.

image

Fin de crédit d'impôt au profit d'une prime unique

Mis en place au début des années 1980, le crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) a vécu. Il sera remplacé au 1er janvier 2020 par un système de prime versé directement aux bénéficiaires.

image

Qu'est-ce qu'une pompe à chaleur

La pompe à chaleur, c'est quoi ? François Deroche de l' AFPAC  nous explique tout ce qui se cache derrière une pompe à chaleur, ses différentes versions et l' économie  d' énergie  qu'elle représente. Plus d'informations sur :   

Les derniers conseils maison

image

Le béton prêt à l'emploi et les bétons pré-dosés

Si vous avez besoin d'un quantité importante de béton vous pouvez vous en faire livrer "prêt à l'emploi", par un camion toupie. À l'inverse, pour de petites qualités, vous pouvez recourir à du béton pré-dosé, en sac de 2 à 30 kg.

image

Le béton prêt à l'emploi et les bétons pré-dosés

Si vous avez besoin d'un quantité importante de béton vous pouvez vous en faire livrer "prêt à l'emploi", par un camion toupie. À l'inverse, pour de petites qualités, vous pouvez recourir à du béton pré-dosé, en sac de 2 à 30 kg.

image

Le gâchage du béton à la bétonnière

L'emploi d'une bétonnière (que vous pouvez louer) s'impose sitôt qu'il est nécessaire de gâcher une quantité relativement importante de béton (coulage d'une petite chape par exemple).

image

Chauffage : les appareils à combustible liquide et les chauffages individuels au gaz

Considéré pendant un temps comme un chauffage de pauvre, le poêle à pétrole est revenu au goût du jour grâce à une série de perfectionnements assurant un fonctionnement sûr et sans odeur. Par ailleurs, sous l'appellation " chauffage au gaz ", on regroupe des appareils individuels, mobiles d'appoint alimentés par des bouteilles, mais aussi aujourd'hui les foyers à gaz , alimentés par réseau et pouvant s'insérer dans un foyer de cheminée. Les foyers à éthanol doivent être avant tout considérés comme des appareils d'appoint décoratifs et d'ambiance. 

image

Limer le métal : choisir la bonne lime et apprendre à limer

Le travail à la lime – l’ajustage en langage professionnel – est un exercice difficile, qui demande un véritable apprentissage. Lorsqu’on est néophyte, il vaut mieux commencer par s’exercer sur des pièces simples (voire sur des chutes).