Conducteur électrique de protection : la prise de terre

On donne généralement le nom de "terre" au conducteur de protection, qui tire son nom du fait qu’il est conçu pour permettre le retour vers la terre  de tout courant s’échappant, en quelque sorte, de son conducteur ou de l'appareil qui l'alimente. C'est une composante essentielle de toute installation électrique domestique

 

 

La prise de terre

Cette fonction évite que le retour du courant électrique vers la terre ne se fasse par notre corps si l’on venait, par exemple, à toucher la carcasse métallique d’un appareil accidentellement sous tension. Ce retour du courant vers la terre, via notre corps, ne se traduit pas seulement par une décharge désagréable, mais, dans certains cas, par une brûlure, le cas extrême étant l’électrocution, qui peut entraîner un arrêt cardiaque.

La prise de terre dans les constructions collectives neuves

La terre est présente au tableau de répartition sous la forme d’une borne spécifique, reliée à un gros câble de couleur vert-jaune (couleurs exclusives du conducteur de protection). Toutes les prises et tous les éclairages doivent aujourd’hui être dotées d’une broche ou d’un alvéole reliés à ce conducteur. Tous les circuits, même ceux pour la lumière, doivent intégrer un conducteur de protection.

La prise de terre dans les constructions collectives anciennes

La mise à disposition d’une borne de raccordement à la terre fait partie des obligations du propriétaire ou de la copropriété. Une très mauvaise habitude consiste à se raccorder sur une canalisation d’eau ou sur une évacuation. Cette pratique est rigoureusement interdite, car elle met en jeu la sécurité de tous !
Le raccordement sur la canalisation d’alimentation en eau n’est possible que si l’immeuble dispose d’une canalisation enterrée après le compteur ; si ce n’est pas le cas, il faut que la canalisation soit reliée à la terre par un pieu ou une boucle enterrée. Dans les deux cas, il faut qu’un manchon isolant soit disposé sur la canalisation après le compteur, afin de protéger le réseau. Il faut aussi l’autorisation de la compagnie des eaux. Le raccordement à la terre d’un immeuble collectif est du ressort d’un électricien professionnel.

La prise de terre dans une maison individuelle

Il est possible d’installer soi-même une prise de terre si l'on dispose des connaissances et une pratique approfondies en matière d'installation électrique. La solution la plus classique consiste à planter dans le sol un pieu métallique, que l’on raccorde à un câble, déroulé au fond d’une tranchée et relié ensuite à un conducteur de forte section allant se raccorder à la borne de protection sur le tableau de répartition.
La tranchée doit être profonde d’au moins 50 cm. Pour le pieu, il faut utiliser un tube d’acier galvanisé de 25 mm de diamètre minimum (il existe des modèles du commerce spécialement prévus pour cet usage). Il sera enfoncé sur au moins 1,50 m et sera raccordé à un câble de cuivre dénudé d’au moins 15 mm de diamètre. Le raccordement de ce câble dans la maison (à supposer que la prise de terre soit à l’extérieur, ce qui est souhaitable) doit se faire par une barrette spéciale, assortie d’une plaque indiquant clairement la fonction du dispositif et portant de ce fait la mention “terre” en toutes lettres, ainsi que le signe conventionnel.
Pour une protection idéale, vous pouvez réaliser un ceinturage en fond de fouille, dans une tranchée autour des fondations de la maison. Au fond de cette tranchée courra un câble de cuivre dénudé de 25 mm2 de section. Il sera raccordé comme indiqué précédemment. Un contrôle d'efficacité de l'installation doit être effectué par un électricien professionnel.

La liaison équipotentielle

 Elle consiste à relier toutes les canalisations métalliques d'alimentation en eau, gaz, chauffage central et toutes les huisseries métallique à la terre. Une liaison équipotentielle doit être réalisée dans chaque salle d'eau.

Partager avec vos amis :


Cet article peut vous intéresser :

image

Les principes d'une installation électrique

La vocation d’une installation est d’alimenter des appareils fixes ou des points d’alimentation (prises) pour des appareils mobiles. Pour cela, un certain nombre de conducteurs partent du tableau de répartition, situé après le compteur. Ils permettent de répartir le courant mis ainsi à disposition par le distributeur d'énergie.

Les dernieres vidéos maison

image

Les atouts de la PAC hybride gaz

Quels sont les atouts d'une pompe à chaleur hybride gaz ? Christian pessey fait le tour de la question dans cette nouvelle vidéo.

image

Isolation : les tests en situation réelle

Pour mesurer les performances de leurs isolants, Actis pratique ce que l'on appelle des "tests en situation réelle" ! Christian PESSEY et Maxime DURAN, directeur de l'innovation chez Actis vous expliquent de quoi il s'agit.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

image

La laine de verre et la santé

Dans cette interview, Christian PESSEY fait le point avec Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER sur les risques que représenteraient l'utilisation de la laine de verre et pour en avoir le coeur net, ils ont fait appel à l'expertise du docteur Christian RECCHIA.

Les derniers conseils maison

image

Un lit en forme de cabane pour vos enfants

Créé en 2017, Mon Lit Cabane est né de l’idée de deux parents en quête d’inspiration et de designs originaux pour choyer leurs deux enfants avec des chambres créatives, ludiques et où il fait bon grandir.

image

Nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE)

L'arrivée prochaine d'un nouveau Diagnostic de Performance Énergétique obligatoire ne laisse pas indifférents les professionnels de l'immobilier comme le montre la réaction de la FNAIM, qui salue "un outil plus fiable et plus lisible" au service de la rénovation énergétique Emmanuelle Wargon, ministre déléguée au Logement a précisé les grandes lignes du nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE) -obligatoire lors d’une vente ou d’une mise en location d’un logement- qui sera applicable au 1er juillet 2021. Principal changement, l’estimation de la facture énergétique annuelle ainsi que celles des émissions de gaz à effet de serre vont figurer sur le diagnostic. Voici son décryptage.

image

La tendance JAPANDI

Subtile rencontre entre le Japon et la Scandinavie, la tendance Japandi souffle un vent de sérénité et de bien-être dans les intérieurs.

image

Acheter une maison ou un appartement : les conseils de Christian

Compte tenu de la valeur actuelle des appartements et des maisons, l’achat dans l’immobilier ancien mérite de prendre un certain nombre de précautions, souvent de pur bon sens… Les taux de crédit sont très bas : ce n'est pas une raison pour acheter n'importe quoi n'importe où !

image

Les différents types de plafonds

Dans les maisons anciennes, les plafonds sont en plâtre sur lattis (bacula). Dans les habitations modernes, ils sont le plus souvent en plaque de plâtre. Si le plancher est à structure bois, les deux types de plafond sont fixés sur les solives qui supportent le plancher de la pièce supérieure. Beaucoup de maisons ont des sols et planchers d’étage en béton : dalle auto-porteuse, mais plus souvent encore plancher en hourdis béton (ou entrevous), posés entre des poutrelles en béton précontraint, des plaques de plâtre assurant la finition du plafond.

image

Poser de la mosaïque murale en plaque

La pose des tesselles de mosaïque est facilitée par leur assemblage en plaques contrecollées sur une toile Nylon, parfois sur papier kraft. On peut ainsi couvrir toute une surface ou insérer des motifs entre des carreaux classiques.