Les appareils de chauffage électriques

Longtemps considérés comme des appareils d’appoint, car gros consommateurs d’énergie, les appareils électriques font désormais partie intégrante des systèmes de chauffage. Si les convecteurs sont montrés du doigt pour leur inconfort (le flux d'air) et leur manque de souplesse (le "tout ou rien"), les radiateurs à liquide caloporteur ou à cœur de chauffe en fonte assurent une chaleur douce comparable à celle d'un radiateur de chauffage central.   

Quel que soit le mode de fonctionnement des appareils, le chauffage électrique se distingue par sa grande souplesse d’utilisation, sa propreté et son silence de fonctionnement. Les appareils électriques peuvent être envisagés comme des systèmes d’appoint aussi bien que comme les éléments du chauffage principal d’une habitation
Le coût d’utilisation relativement élevé des appareils a pour contrepartie la faiblesse de l’investissement que représente le prix d’acquisition des matériels ; dans la plupart des cas, l’installation se limite à une ou plusieurs lignes électriques associées à des dispositifs de protection, et éventuellement de programmation et de pilotage adaptés. Pour éviter un surcoût de consommation, le chauffage électrique a pour corollaire une excellente isolation thermique, sans laquelle il vaut mieux envisager un autre mode de chauffage.
Le principe même de ce type de chauffage repose sur la transformation de l’énergie électrique en chaleur. Trois modes de transformation et de diffusion sont possibles.
• La convection, qui consiste à réchauffer un flux d’air au contact de résistances.
• Le rayonnement, qui diffuse la chaleur sous forme de rayons (comme le soleil), absorbés par le corps et par l’air ambiant. 
• L’accumulation et l'inertie, qui revient à chauffer un matériau à forte inertie, capable de stocker la chaleur et de la restituer plus ou moins rapidement et plus ou moins  longtemps.

Les convecteurs

Ils se composent d’une carcasse métallique contenant des résistances. Au contact des résistances, l’air s’échauffe. Il se crée une circulation de l’air qui entraîne le chauffage de la pièce. Le fonctionnement est immédiat. On parle d'appareils à effet Joule.
Les modèles mobiles (chauffage d’appoint). Ils sont présentés sur pieds. Ils doivent être raccordés par une fiche à une prise de courant bénéficiant d'un raccordement à la terre, dont la capacité doit être en rapport avec la puissance de l’appareil. Celle-ci va de 750 à 2 000 W (le chauffage étant obtenu en principe par deux résistances commandées séparément). Ils sont proposés avec ou sans soufflerie.
• Les appareils fixes . Ils sont destinés à être accrochés au mur. Leur alimentation se fait par raccordement direct à un circuit électrique, sans interposition de fiche. Ils intègrent désormais différents systèmes de pilotage et de régulation, notamment un thermostat plus précis que celui des appareils mobiles. Certains reçoivent un programmateur électronique hebdomadaire. Les modèles les plus évolués peuvent bénéficier d’une commande par fil pilote ou radio, permettant un raccordement à un système de programmation centralisé individualisant les appareils et permettant une gestion économique de ceux-ci. Leur puissance va de 500 à 2 000 W.

Les panneaux rayonnants

Cette génération d’appareils électriques offre de nombreux avantages, parmi lesquels une esthétique soignée, le principe de fabrication (circuit imprimé) permettant une intégration dans des panneaux de toutes natures (grille, plaques de marbre, de verre, de vitrocéramique, etc.). 
La chaleur qu’ils procurent par rayonnement est à la fois douce et harmonieusement répartie. Leur puissance va de 500 à 2 000 W.
Le prix d’acquisition est bien supérieur à celui des convecteurs, ce qui grève nettement le coût de l’installation et invite à un calcul précis de la rentabilité du système et à une comparaison sérieuse avec d’autres systèmes de chauffage.

Les appareils à accumulation et à inertie

Les appareils à accumulation emmagasinent la chaleur dans des briques la nuit, lorsque les tarifs sont avantageux, et la restituent le jour, grâce à un ventilateur.  L’appareil comprend en général un thermostat pour la charge et un autre pour la restitution de la chaleur. Économiquement satisfaisant, l’accumulateur présente en revanche l’inconvénient d’être encombrant et surtout très lourd, et donc pratiquement indéplaçable. Ce type d'appareil tend à disparaître du marché.
Les appareils à inertie reposent sur le même principe mais offrent une plus grande souplesse d'utilisation. Ils contiennent soit un liquide, soit un cœur de chauffe métallique ou en pierre, chauffés par une résistance. Les appareils contenant du liquide (dit caloporteur) offrent un confort proche de celui d'un radiateur de chauffage central. Dans les deux cas, une régulation très fine, par thermostat intégré ou déporté, garantit un fonctionnement moins dispendieux que celui d'un convecteur. Une programmation permet une utilisation rationnelle du dispositif. Les appareils connectés à commande digitale participent au confort et à l'économie de fonctionnement de ces appareils. Les sèche-serviettes entrent dans la catégorie des appareils à inertie à liquide caloporteurs. Certains peuvent être raccordés à un circuit de chauffage central, pour fonctionner sur une résistance quand la chaudière est coupée.

Les cheminées électriques

La mode nous vient d’Angleterre, où le plaisir des yeux l’emporte parfois sur la chaleur des pieds. La cheminée électrique “à effets de flamme” s’est perfectionnée en passant la Manche et tend à devenir un vrai mode de chauffage. Le système permet de créer une cheminée factice, là où les contraintes de la construction ne permettent pas d’en installer une vraie. L’installation est très simple puisqu’elle se limite à un branchement ordinaire et à un éventuel habillage. La puissance va jusqu’à 2 000 W (avec deux allures et un thermostat).

 

 

 

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

L'entretien des radiateurs

L’entretien des radiateurs de chauffage central doit être fait périodiquement. Il s’agit d’une série d’opérations qui concernent aussi bien le mécanisme que l’aspect de l’appareil. Ce peut être aussi l’occasion de revoir l’isolation arrière.

image

Chauffage central : chaudière, canalisations, radiateurs

Le chauffage central est un système comprenant, comme son nom l'indique, une moyen central de production, ou génération, de chaleur – la chaudière – et des systèmes d'émission de la chaleur – les radiateurs – alimentés par un réseau de canalisations . La chaudière chauffe un liquide qui transporte les calories. On par le " liquide caloporteur ", en l'occurrence de l'eau contenant divers additifs pour éviter la corrosion interne, la formation de boues, etc. Le chauffage central fournit de la chaleur aux différentes pièces ou appartements d'un immeuble. La chaudière est installé dans un lieu centralisé, généralement dans une cave pur un immeuble ou une maison individuelle, ou dans la cuisine pour un apparement. L'ensemble du système de chauffage central composé donc d'un générateur de chaleur, d'une unité de distribution et des émetteurs de chaleur constitue un circuit de chauffage fermé. 

Les dernieres vidéos maison

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

image

La laine de verre et la santé

Dans cette interview, Christian PESSEY fait le point avec Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER sur les risques que représenteraient l'utilisation de la laine de verre et pour en avoir le coeur net, ils ont fait appel à l'expertise du docteur Christian RECCHIA.

image

Chauffage: le suivi à distance

Dans cette vidéo, Christian PESSEY et Camille MAINGUENAUD, chef de projet marketing chez ENGIE Home Service , vous expliquent comment fonctionne le suivi à distance de votre chaudière et en quoi il représente un avantage certain pour son entretien.

image

Comment isoler sa maison ?

Dans cette vidéo, Christian PESSEY et Pierre-Guillaume VUILLECARD, responsable de la communication chez Les ECO-Isolateurs se sont interrogés sur ce qui fait une bonne isolation. 

Les derniers conseils maison

image

Repeindre la façade

En maintenant l’extérieur d’une maison en bon état, on préserve son étanchéité et sa qualité esthétique. Il est inutile de peindre les briques, mais si l’une d’entre elles est abîmée ou poreuse, il faut la remplacer avant que l’humidité ne se propage. Il est en revanche important de repeindre périodiquement les crépis avec une peinture façade microporeuse. Elle présente l’avantage de protéger la façade en empêchant l’eau et l’humidité de pénétrer, tout en laissant la maçonnerie respirer.

image

Cloisons légères de séparation : quel matériau choisir?

Monter une cloison permet de réaliser différents aménagements : séparer un grand espace en plusieurs pièces, créer une séparation dans une pièce ou installer un coin bureau ou toilettes. Suivant votre besoin et l’emplacement de la cloison, il est important de faire le bon choix.  

image

Isoler la toiture de combles aménageables

Quand on veut conserver la possibilité d’utiliser les combles, notamment pour en faire des pièces à vivre, on isole la sous-toiture et non le sol du grenier. On utilise pour cela de la laine minérale ou végétale de forte épaisseur. La solution la plus simple est de l’embrocher sur des suspentes et de la maintenir par des profilés (appelés aussi fourrures) métalliques sur lesquels sont ensuite fixées des plaques de plâtre ou encore du lambris. Ce type d’isolant (ici IBR Contact) très performant est gainé d’un voile de protection limitant les risques d’irritation de la peau quand on le manie.

image

Confinement : aménager la maison pour le télétravail

Les confinements successifs révèlent la place prépondérante qu'est en train de prendre le télétravail, autrement dit, le travail à la maison, encouragé, voire imposé par les Pouvoirs publics et donc par les entreprises. L'expérience démontre la nécessité d'organiser voire d'aménager les lieux pour être efficace et pour ne pas déranger le reste de la famille.

image

Couler une dalle en béton extérieure

Le béton commence à prendre 2 h environ après avoir été gâché. Il faut donc le couler, le tasser et en lisser la surface pendant cette durée. Divisez les grandes surfaces en sections pouvant être finies sans difficulté dans ce laps de temps. Vous pouvez marcher sur le béton au bout de 3 jours, mais attendez 5 jours avant de le décoffrer et au moins 10 avant de rouler dessus avec une voiture.  

image

L'humidité dans la maison en hiver

C’est l’un des principaux problèmes que l’on peut rencontrer dans une maison en cette saison. D’abord parce que c’est la période où le taux d’humidité dans l’air est le plus élevé, mais aussi parce que quand il ne neige pas, il  pleut beaucoup .