Sol en béton : coulage et réparation d'une dalle de plain-pied

Le béton est le matériau idéal pour réaliser un sol intérieur de plain-pied. Il offre une surface stable et résistante mais qui peut, à la longue, avoir besoin de réparations.

Réaliser une dalle intérieure en béton

Trait de référence

La réalisation d'une dalle intérieure en béton s'apparente à celle d'une aire en béton extérieure. Elle appelle bien sûr plus de soins dans la préparation, et surtout dans la finition, étant le plus souvent promise à recevoir un revêtement du type carrelage. Votre premier travail sera de tracer au cordeau à poudre sur les murs de la pièce un trait de niveau situé exactement à 1 m au-dessus du niveau du sol fini ; vous utiliserez pour cela un niveau à fioles. Si vous partez d'un sol en terre battue, vous devrez tenir compte du fait qu'il est nécessaire de réaliser un hérisson de 20 cm, que votre dalle aura une épaisseur de 8 cm, sur laquelle sera coulée une chape de 2 cm ; soit au total 30 cm, auxquels vous devrez ajouter l'épaisseur du carrelage, s'il est prévu d'en poser un.

Piquets de référence et "forme"

Vous placerez aux quatre coins de la pièce des piquets en bois, dont l'extrémité supérieure correspondra au niveau 0 du sol. Vous pourrez tracer sur les piquets eux-mêmes les différents niveaux qui viennent d'être évoqués. Si votre sol n'est destiné qu'à supporter de faibles charges, un véritable hérisson n'est pas nécessaire et pourra être remplacé, par une couche de sable mélangé à du gravier, soigneusement damé. Dans le cas contraire, vous placerez des pierres sur chant (d'où le nom de hérisson) les unes à côté des autres, et remplirez les vides avec du sable et du gravier et damerez le tout. C'est sur ce hérisson que sera coulée la dalle proprement dite, appelée aussi "forme" par les professionnels.

Le dosage du béton

Pour 1 m3, vous doserez votre béton à raison de:
– 300 kg de ciment
– 400 l de sable sec
– 800 l de gravier
Vous le damerez de façon à obtenir une masse aussi homogène que possible. Le ferraillage, en revanche, est ici en principe superflu. Vous réglerez la surface pour faciliter la réalisation de la chape de finition. Vous vous servirez pour cela des repères tracés sur les piquets. Ces derniers pourront être ôtés avant la prise du béton. Prévoyez un joint de dilatation tous les 40 m2 ou 25 à 30 m linéaires.

La chape

Toute dalle en béton intérieure appelle le coulage d'une couche de finition : la chape. Une telle opération s'impose également à chaque fois que la réfection d'un sol ancien en béton ne peut être obtenue par un simple ragréage.

Réparer un sol en béton

Pour résistant qu'il soit, le béton n'est pas inaltérable, et il n'est pas rare qu'il se dégrade en vieillissant surtout s'il s'agit d'un sol soumis aux allées et venues et donc à l'usure. Fissures, trous, éclats rendent sa surface irrégulière et parfois même dangereuse. Si les dégâts sont trop importants, on  coulera une chape de 2 ou 3 cm d'épaisseur ; sinon on se contentera d'un simple "ragréage" permettant de retrouver la planéité du sol sans difficulté (à condition, cependant, que celui-ci ne soit pas en pente). Vous utiliserez pour cela un produit du commerce (dit de ragréage ou de surfaçage), présenté en poudre diluable à l'eau.

Laver, dégraisser

Commencez par laver le sol avec un détergent, en le brossant énergiquement. S'il est très gras (ancien atelier, par exemple) vous aurez recours à l'acide, avec toutes les précautions qui s'imposent.

Ragréage d'une dalle en béton

Préparez le produit dans une auge, ou tout simplement dans une bassine‚ et déversez-en une bonne quantité dans le coin de la pièce le plus éloigné de la porte. Vous répartirez le produit avec une truelle en procédant par larges mouvements de façon‚ à épandre le produit en une couche uniforme de 3 à 5 mm. Il n'est pas nécessaire de soigner la finition, le produit étant "auto-lissant". Après séchage, le sol offre une surface bien lisse qu'il est possible de soigner encore en procédant à un ponçage fin. Le sol ainsi "ragréé" peut être peint ou recevoir un revêtement du type moquette

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Faire du béton (dosage et gâchage)

La fabrication du béton est proche de celle du mortier. On peut gâcher à la main pour les faibles quantités, mais on utilise le plus souvent une bétonnière, qui facilite grandement les opérations lorsqu’il s’agit de couler une dalle ou de réaliser des travaux de coffrage importants. Pour une grosse quantité de béton, on aura recours à une livraison par camion-toupie.

image

Les outils de maçonnerie pour le mortier et le béton

Le gâchage du mortier et du béton (c'est-à-dire le mélange du ciment, des agrégats et de l'eau) exige l’utilisation d’instruments appropriés, tant pour la préparation des composants que pour le gâchage proprement dit. Cette opération demande beaucoup de soin car dépend en grande partie la solidité des ouvrages.

image

Les outils de finition pour la maçonnerie

En maçonnerie, les outils qui servent à la finition sont utiles pour obtenir des surfaces lisses mais aussi pour mettre en œuvre les mortiers et enduits. Il faut connaître les spécificités de ces différents outils afin de les utiliser à bon escient. 

Les dernieres vidéos maison

image

Lutter contre les problèmes de bruit

Christian PESSEY et  Nicolas BALANANT, expert Qualitel en acoustique, vous apportent leur conseils sur tous les problèmes sonores que vous pouvez rencontrer dans votre logement.

Les derniers conseils maison

image

Isolation des parois : la fin des ossatures?

Dans une conférence de presse commune, confirmant le rapprochement entre Placo et Isover, les représentants des marques du groupe Saint-Gobain ont annoncé jeudi 23/01/2020 une innovation capitale associant deux de leurs produits phares : la plaque Habito pour Placo (plaque haute densité à rigidité et densité renforcée) et l a laine de verre GR 32 ou GR 30 aux performances thermiques élevées et aux propriétés mécaniques qui facilitent la mise en œuvre. L'innovation réside dans la suppression des ossatures métalliques rendue possible par l’association d’une plaque de plâtre ultra résistante et d'accessoires de pose brevetés, inspirés du système Optima. D'où l'appellation du système : Optimax Habito®.  

image

Faire du plâtre

Du fait de son temps de prise très bref, le plâtre est plus difficile à gâcher que le ciment ou la chaux. De plus, il suffit d’un rien (malaxage irrégulier, complément d’eau, etc.) pour faire “mourir” le plâtre qui, une fois mis en œuvre, ne prendra pas ou se révélera sans résistance. Le gâchage et l’application du plâtre sous forme d’enduit constituent de véritables spécialités.

image

La vermiculite (mica expansé) :

La vermiculite est adaptée à l'isolation du sol des combles : la méthode d’épandage des isolants en vrac est évidemment assez simple ; un minimum de méthode et un certain nombre de précautions sont cependant nécessaires pour obtenir de bons résultats.

image

Le bois : appellations

 Il n’est pas toujours facile de trouver du bois massif. Les revendeurs spécialisés ou les grandes surfaces se limitent souvent à la vente de dérivés (panneaux de particules ou de contreplaqué) et de bois blanc (sapin) pour les barres et les moulures. Pour commander du bois, il faut en connaître les différentes appellations.

image

Le matériel de peinture

Technique ancienne et restant très largement artisanale, la peinture fait appel à des outils classiques – les brosses, en particulier – dans des gammes importantes pour répondre à de multiples cas de figure.  

image

Poser un revêtement vinyle (PVC) en lé

Héritiers du traditionnel linoléum – toujours fabriqué –, les revêtements plastiques en lés occupent aujourd’hui une place prépondérante dans l’univers des revêtements de sol. Leur pose est simple à condition d'être précédée d'une bonne préparation.