Braser, soudo-braser, souder

 La terminologie concernant l’assemblage à chaud de deux pièces métalliques n’est pas des plus claires, ce qui conduit parfois à des confusions, voire à des erreurs. Tout assemblage par voie thermique de pièces métalliques doit, en principe, être appelé soudage. S’il se fait avec l’apport d’un alliage ou celui d’un métal fusible différent de celui des pièces à assembler, on doit parler de brasage jusqu’à 400 °C, de soudo-brasage au-delà. Dans la pratique, le vocabulaire est beaucoup moins précis et révèle un certain décalage par rapport à cette terminologie. C’est ainsi qu’on parle de soudage à l’étain (ce qui implique l’apport d’un métal) aussi bien que de soudage à l’arc (obtenu sans métal d’apport, à plus de 3 000 °C), de brasage de tubes de cuivre (alors que la température nécessaire est de l’ordre de 1 000 °C) et de soudo-brasage des tubes d’acier (à une température proche de 3 000 °C).

Nous nous en tiendrons ici à la terminologie pratique employée aussi bien par les amateurs que par les professionnels, et non aux définitions du dictionnaire.
• Le soudage à l’étain et le brasage font appel à des alliages d’apport différents. Le soudage à l’étain utilise plus exactement un alliage étain-plomb, à bas degré de fusion.
• Le brasage se fait avec des alliages de cuivre, de zinc, d’argent, au point de fusion relativement élevé, qui garantissent une grande solidité de l’assemblage.
• Le soudo-brasage utilise un alliage à base de laiton, présenté sous forme de baguettes rigides enrobées. Ces baguettes ressemblent à celles utilisées pour la soudure électrique, mais elles servent ici d’électrodes, les pièces s’assemblant sans métal d’apport.
• Le soudage à l'électricité permet un assemblage des pièces de façon autogène.

Le brasage à l’étain

Cette technique peut être utilisée pour tous les assemblages qui ne demandent pas une grande solidité, où pour tous ceux qui concernent des métaux à faible point de fusion. On l’utilise notamment en électricité et en électronique, pour le raccordement des conducteurs, mais aussi en métallerie, lorsqu’il s’agit d’assembler des pièces de zinc, de fer-blanc, etc.

La préparation des pièces

La partie des pièces qui doit être en contact est parfaitement décapée et dégraissée. Le décapage peut se faire à la lime ou à la toile émeri, mais on se contente en règle générale d’appliquer de la pâte dégraissante et décapante présentée en pot ou en tube. Certains fils de soudure comprennent un agent décapant.

La brasure

Improprement appelée “soudure”, la brasure se présente sous la forme d’un fil en bobine ; sa section est fonction de la taille des pièces à assembler. Il s’agit d’un alliage de plomb et d’étain, qui a donc un point de fusion plus bas que celui de l’étain proprement dit.

Le matériel de chauffe

Il s’agit exclusivement du fer à souder, qui permet de transmettre aux pièces à assembler et au fil de soudure une température suffisante, mais pas excessive, pour réaliser le soudage. On a recours au fer à souder électrique ou au fer à souder chauffé par la flamme d’une lampe à souder ou d’un chalumeau. La taille de la panne (extrémité chauffante du fer) est fonction de celle des pièces à assembler.

L’exécution du brasage à l’étain

Les pièces à assembler étant décapées (si la brasure n’est pas à “âme décapante”), préparez la panne du fer à souder, en l’étamant, c’est-à-dire en la couvrant d’une mince pellicule de soudure. Pour faciliter cette opération, le mieux est de travailler sur un bloc de sel ammoniac (ou pierre ammoniacale).
Approchez simultanément la panne du fer et l’extrémité du fil de brasure sur le joint à réaliser, puis tirez un cordon de brasure au fur et à mesure de l’écoulement de celle-ci. Le raccordement de deux pièces de faible épaisseur ne peut se faire que par chevauchement de quelques millimètres ; vous devez alors étamer préalablement les parties qui se chevaucheront, puis réaliser le cordon de brasure.

Le brasage

Il concerne les pièces pour lesquelles l’assemblage n’est possible qu’avec une température assez élevée, supérieure, dans la pratique, à 750 °C. La solidité de l’assemblage est directement fonction de la nature du métal ou de l’alliage d’apport.

La préparation des pièces

Tout comme pour le soudage à l’étain, il faut décaper et dégraisser les pièces à réunir. Le décapant en pâte est ici remplacé par du flux (ou fondant), dont le rôle est essentiellement de neutraliser le processus d’oxydation résultant du chauffage intense des pièces à réunir. En effet, sous l’élévation de la température, il fond et dépose sur les pièces un mince film céramique qui évite l’oxydation. On utilisait traditionnellement du borax en poudre délayé dans de l’eau, mais on trouve aujourd’hui, dans le commerce, du flux tout préparé, généralement en flacon.

Le matériel de chauffe

Vous devrez utiliser une lampe à souder ou un chalumeau, l’un et l’autre alimentés par du gaz butane. Renoncez à utiliser les vieilles lampes à souder à essence, toujours très dangereuses. Suivant le travail à effectuer, vous trouverez des buses à embouts spéciaux permettant de concentrer plus ou moins la flamme et, donc, d’atteindre une température plus ou moins élevée.

La brasure

Elle se présente, comme la soudure, en fils de sections variées, mais aussi en baguette. Il s’agit d’alliages de cuivre, de zinc et d’argent (brasure à l’argent) ou de laiton.

L’exécution du brasage

Les pièces à assembler étant jointives, chauffez le métal avec le dard (partie bleue de la flamme) jusqu’à obtenir une belle coloration rouge cerise. Détournez alors la flamme pour l’approcher de l’extrémité du fil de brasure ; celle-ci doit “filer” entre les deux pièces à assembler (brasure par capillarité). Après refroidissement, grattez l’excédent de brasure et toute trace de flux.

Le soudo-brasage

Il se différencie essentiellement du brasage par la température d’exécution et la nature de la brasure (baguette de laiton enrobée). Cette technique ne concerne donc que les métaux dont l’assemblage requiert une haute température. Il en est ainsi, par exemple, des tubes d’acier galvanisé.
Il faut utiliser un chalumeau nettement plus puissant que ceux à gaz butane ; ayez donc recours au chalumeau bi-gaz, dont la température de chauffe est de près de 3 000 °C, soit environ 1 000 °C de plus que celle du chalumeau ordinaire.

Le soudage à l’électricité

L’investissement relativement important qu’a longtemps représenté l’achat d’un poste à soudure électrique (ou poste à souder à l’arc) a limité le développement de cette technique. L’avantage déterminant du soudage électrique réside dans la très haute température obtenue (de 4 000 à 5 000 °C), qui permet d’effectuer un soudage autogène, c’est-à-dire sans apport de métal, l’assemblage se faisant par fusion des pièces en présence. Cette très haute température résulte de la formation d’un arc électrique entre l’électrode du poste à souder et la pièce de métal travaillée. Cette électrode est composée d’une baguette métallique enrobée d’une matière composite qui joue, en quelque sorte, le rôle du flux en brasage.

L’amorçage de l’arc est l’opération la plus délicate, car l’électrode a tendance à coller au métal. Il faut une certaine habitude pour acquérir le geste correct. Une fois l’arc amorcé, tirez régulièrement le cordon de soudure, en maintenant l’électrode à une certaine distance du métal (trop près, l’arc s’étouffe ; trop loin, il s’interrompt).
Lorsque la soudure est réalisée, grattez le “laitier” (sorte de concrétion blanchâtre) avec une brosse métallique.

ATTENTION : L’arc produit une lumière intense qui peut brûler la rétine. Portez donc toujours un masque ou des lunettes de protection, et, surtout, assurez-vous que personne ne peut regarder l’arc à votre insu ; ne travaillez donc jamais en présence d’un enfant ou, même, d’un animal domestique.

 

 

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Assembler le métal à froid

Les pièces de métal peuvent être assemblées à chaud, mais aussi à froid. Les différentes techniques utilisées dépendent de la destination des pièces, de la résistance souhaitée et du métal travaillé. On assemble à froid par collage, vissage et rivetage

image

Travailler le métal

Contrairement à une idée reçue, le travail du métal n’est pas du seul ressort du professionnel. Il est vrai que l’on accorde volontiers à l’amateur une compétence davantage en rapport avec des matériaux plus faciles à façonner que le métal. Pourtant, les occasions ne manquent pas, dans la vie courante, particulièrement lorsqu’on habite une maison individuelle, de mettre en pratique une activité somme toute assez simple, à condition, bien entendu, d’employer et de maîtriser les techniques et le matériel appropriés. Le métal est un matériau qui rebute parfois le bricoleur, car celui-ci le considère comme froid et difficile à travailler, lui préférant le bois. Le métal, pourtant, est plus facile à scier et à usiner, car plus homogène.

Les dernieres vidéos maison

image

Immobilier : l'impact du confinement

Près de 3 mois de confinement ont fait prendre conscience aux Français des qualités et, plus souvent encore, des carences de leur logement. Manque de surface, de pièces, de balcon ou de terrasse, de jardin... suscitent de nouvelles envies. Le déconfinement les libère. C'est ce que nous explique Éric ALLOUCHE, le directeur général exécutif du réseau ERA 

image

A quel point le bois de chauffage est-il économique ?

Dans cette interview, Christian PESSEY et Jean-Louis BAL, président du label flamme verte vous expliquent en quoi le bois de chauffage représente encore aujourd'hui l'un des combustibles les plus économiques. 

image

Les isolants naturels : qu'est-ce que c'est?

Les isolants naturels ont le vent en poupe. Christian PESSEY fait le point sur le sujet avec Joël PACCANELLI, gérant de ECO-LOGIS, entreprise de distribution d’éco-matériaux pour la maison et notamment de matériaux d’isolation biosourcés et de peintures écocertifiés.

image

Pompe à chaleur et confort d'été

Dans cette interview, Christian PESSEY et Christel MOLLÉ de l' AFPAC , font le point sur l'utilisation d'une pompe à chaleur réversible pour améliorer le confort d'été dans votre logement. 

image

Les conseils de la semaine du 4 au 10 mai

Isoler les combles  contre la chaleur, tout savoir sur  les prises et les interrupteurs , entretenir une  terrasse en terre cuite , rénover les  meubles de jardin , insonoriser une  pompe de piscine , choisir un  chauffe-eau électrique , rénover la pierre, nettoyer un  crépis monocouche , réparer les  fuites de chasse-d’eau  : retrouvez tous les conseils publiés pendant la semaine.

Les derniers conseils maison

image

Faire du bois de chauffage

Le bois est une énergie renouvelable dont la qualité n’est plus à démontrer. L’évolution des poêles, inserts, foyers fermés et même chaudières l’ont replacé en bonne position parmi les différents combustibles. Si vous possédez une parcelle boisée ou si vous pouvez acheter du bois sur pied, il est très intéressant de pouvoir “faire son bois” soi-même, bien sûr dans le respect des règles d’exploitation raisonnée de la forêt.

image

Une initiative collective de production et d'autoconsommation d'électricité entre voisins : HARMON'YEU

Au printemps 2020, ENGIE, en partenariat avec la mairie de l’Île d’Yeu et 3 institutions locales, a lancé cette expérimentation innovante d’autoconsommation collective baptisée Harmon’Yeu. Né grâce à la volonté de ses habitants et des autorités locales de s’inscrire dans la transition énergétique, ce projet constitue une première en France dans le fait qu’il intègre plusieurs maisons individuelles productrices d’énergie et une batterie de stockage commune, à l’échelle d’un quartier. Un logiciel intelligent développé spécifiquement par ENGIE pour le projet permet de piloter la répartition de l’énergie produite entre les utilisateurs.

image

Faire une terrasse en bois ou en composite

C’est toujours le moment de s’intéresser à la terrasse, que vous soyez en maison individuelle ou en logement avec un grand balcon ou une terrasse. Souvent le sol est en béton ou en carrelage. La tendance est à les recouvrir de lames en bois ou en bois composite, parfois en dalles de caillebotis.

image

Dégradation maison bois : peut-on faire jouer la garantie décennale?

J'ai une maison ossature bois construite entre septembre 2010 et août 2011. J'ai remarqué l'année dernière l'apparition de moisissures/champignons sur l'un des cadres de fenêtre. En février de cette année, un charpentier et un expert en bâtiment m'ont dit que cela venait de l'eau stagnante sur l'appui de fenêtre dû à la coulisse du volet roulant qui descend trop bas et du fait que l'appui de fenêtre n'est pas de bavette contre les parois verticales. Pour eux, il est certain que le constructeur de la maison doit intervenir et faire fonctionner la garantie décennale. L'avis du constructeur est le suivant: l'eau s'est infiltrée car les peintures n'ont pas été entretenues. Je joins des photos afin d'avoir votre avis sur le sujet. Cela fait- il partie de la garantie décennale ou est-ce un problème d'entretien ? Laurent

image

La prise de terre : ça sert à quoi?

Tout le monde a entendu parler de la prise de terre, mais on ne sait pas toujours ce que c’est et surtout à quoi ça sert. Élément essentiel de la protection de l'installation électrique, de celle des biens et surtout des personnes, la prise de terre doit aujourd'hui être disponible dans tous les logements, ce qui n'est malheureusement pas le cas partout.

image

Humidité dans la maison : d'où vient-elle?

L’humidité est l’un des problèmes les plus désagréables mais aussi les plus préoccupants dans la maison, aussi bien pour ceux qui y habitent que pour la maison elle-même. Elle peut avoir différentes origines et causes.   

image

Les isolants naturels : qu'est-ce que c'est?

Les isolants naturels ont le vent en poupe. Christian PESSEY fait le point sur le sujet avec Joël PACCANELLI, gérant de ECO-LOGIS, entreprise de distribution d’éco-matériaux pour la maison et notamment de matériaux d’isolation biosourcés et de peintures écocertifiés.