Couper le métal

Le métal en feuilles ne doit pas être scié, mais cisaillé. Ce procédé est appliqué aux tôles des différents métaux et alliages. Il est exécuté avec des outils fonctionnant selon le principe du levier (ciseaux). La coupe du métal est à distinguer de son sciage.

Le cisaillage est une technique utilisée surtout en chaudronnerie. Il convient pour les feuilles de cuivre laminé recuit, de laiton, d’alliages laminés d’aluminium, de zinc, d’étain et de plomb. Parmi les métaux ferreux, seul l’acier doux ou extra-doux (en feuille) peut être cisaillé. On peut cisailler manuellement ou à la machine.
Il existe également d’autres procédés : le tronçonnage et l’oxycoupage.

Par quoi commencer

Le ferronnier débutant doit commencer par réaliser des petits travaux. À froid, vous pouvez avoir l’occasion de cintrer les fers d’armature pour le béton à l’aide de griffes et d’un étau. Si vous souhaitez entreprendre un véritable travail de ferronnier, faites tout d’abord une œuvre modeste : une petite grille pare-feu ou une lampe comprenant quelques volutes décoratives. N’essayez pas d’obtenir des formes parfaitement géométriques : dessinez plutôt, à main levée, le modèle des volutes.

Les cisailles 

La cisaille coupe-tout

On trouve dans le commerce, une petite cisaille à lames droites, à branches gainées de matière plastique. Cet outil permet de réaliser les coupes droites sur tous les métaux jusqu’à 1 mm d’épaisseur.

La grignoteuse

C’est une cisaille d’un genre très particulier. Elle comporte deux branches qui fonctionnent comme des ciseaux, mais les lames détachent une étroite bande de métal qui s’enroule sur elle-même. La grignoteuse est un outil très maniable, qui permet de réaliser des coupes sinueuses et contournées sur des surfaces planes ou courbes. La grignoteuse permet également de réaliser les découpes droites.

La cisaille à chantourner

Caractérisée par ses lames étroites et courbes, cette cisaille permet de réaliser les découpes courbes. Elle est très utile dans les mains du carrossier.

Les cisailles à lames droites

Il en existe une large gamme adaptée aux différentes épaisseurs des métaux, pour effectuer les coupes droites. Pour les plus grosses tôles qui peuvent encore être cisaillées, utilisez une forte cisaille à lames trempées et polies, dont l’une est contre-coudée (ce qui donne davantage de résistance) ; les branches sont désaxées, afin d’exercer l’effort plus facilement.

La cisaille électrique

Il existe des cisailles électriques autoportatives qui permettent d'obtenir une coupe nette et sans bavure avec un minimum d'effort, sans déformation de la tôle. On trouve des modèles filaires ou sur batterie.

La griffe de zingueur

Le zinc utilisé pour la couverture des bâtiments peut être coupé à l’aide d’un outil simple, la griffe. C’est une lame d’acier montée sur un manche de bois (ou de matière plastique). Elle s’utilise avec une règle d’acier (guide de coupe). On tire la griffe vers soi (on ne la pousse pas). La griffe de zingueur produit une entaille triangulaire dans la feuille de métal. La coupe doit être achevée par pliage.

L’utilisation des cisailles

Il faut toujours effectuer un tracé, même pour les petites coupes. Si vous coupez une mince feuille de zinc (0,3 mm) à la cisaille coupe-tout, vous pouvez travailler sans problème avec une seule main, comme si vous utilisiez une simple paire de ciseaux. La coupe d’une tôle plus épaisse fatigue davantage la main. La plupart des cisailles sont pourvues d’un ressort de rappel – comme un sécateur – permettant de travailler d’une seule main. Cependant, les grosses cisailles doivent être maniées à deux mains
Quand vous travaillez d’une main, vous tenez la tôle de la main gauche (pour les droitiers). Quand vous travaillez à deux mains, vous devez fixer la tôle sur l’établi avec un valet ou des serre-joints.

Le gauchissage

La coupe des tôles à la cisaille a le défaut de les “gauchir” : la bande débitée est déformée par l’action des lames. Il faut dégauchir à l’aide d’outils spéciaux pour le dressage (griffes) ou au marteau sur le marbre. La grignoteuse a l’avantage de ne pas (ou presque pas) gauchir les feuilles de métal.

Les cisailles fixes

Pour découper les tôles à l’atelier de chaudronnerie, utilisez des cisailles fixes à lames courtes ou longues. Ces cisailles facilitent la coupe grâce à un mécanisme de démultiplication ou à la longueur des lames. Elles permettent de couper des tôles plus épaisses qu’avec des cisailles à main.

Les coupe-tubes

Il faut couper les tubes non seulement pour les travaux de plomberie ordinaires, mais aussi pour installer les appareils de chauffage central, les citernes et les réservoirs, pour acheminer gaz et liquides.

Le tronçonnage à la disqueuse

Pour le tronçonnage des barres et des profilés, on utilise une machine électroportative : la meuleuse d’angle. Elle est dotée d’un moteur puissant (plus de 2 000 W), qui tourne à plus de 6 000 tr/min. Elle doit être tenue à deux mains, le disque à tronçonner attaquant le métal perpendiculairement à l’axe de la barre. La vitesse est en général réglable.
Les fabricants fournissent plusieurs disques à tronçonner adaptés aux différents métaux. On utilise un disque tendre à grain fin pour les métaux durs et un disque dur à gros grain pour les métaux tendres. Le disque est protégé par un carter métallique, afin de réduire les risques d’accident.

L’oxycoupage

Le découpage du métal au chalumeau se fait à haute température. Il n’est possible qu’avec un chalumeau oxyacétylénique ou bigaz. La chaleur nécessaire est obtenue par une arrivée supplémentaire d’oxygène (commandée généralement par une gâchette). Il faut prendre des précautions : protégez vos yeux par des lunettes et portez des gants de soudeur. Travaillez sur un ensemble isolant et commencez à chauffer le métal pour le porter au blanc en bord de plaque. Appuyez sur la gâchette et coupez lentement. Après refroidissement, le profil de la coupe doit être rectifié à la lime ou à la meule.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Plier et cintrer le métal

Les métaux peuvent être cintrés à froid ou à chaud. On plie (et on cintre) les tôles , les tubes et les barres . Cette technique permet notamment de réaliser des objets décoratifs en fer forgé : grilles, lampadaires ou appliques.

image

Travailler le métal

Contrairement à une idée reçue, le travail du métal n’est pas du seul ressort du professionnel. Il est vrai que l’on accorde volontiers à l’amateur une compétence davantage en rapport avec des matériaux plus faciles à façonner que le métal. Pourtant, les occasions ne manquent pas, dans la vie courante, particulièrement lorsqu’on habite une maison individuelle, de mettre en pratique une activité somme toute assez simple, à condition, bien entendu, d’employer et de maîtriser les techniques et le matériel appropriés. Le métal est un matériau qui rebute parfois le bricoleur, car celui-ci le considère comme froid et difficile à travailler, lui préférant le bois. Le métal, pourtant, est plus facile à scier et à usiner, car plus homogène.

Les dernieres vidéos maison

image

C'est quoi un bon artisan ?

Jean-Christophe REPON a été élu , le 2 juillet 2020,  Président de la CAPEB , la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment, succédant ainsi au président Patrick LIÉBUS. Il est maître électricien à la tête d’une entreprise à Toulon dans le Var.

image

Une initiative collective de production et d'autoconsommation d'électricité entre voisins : HARMON'YEU

Au printemps 2020, ENGIE, en partenariat avec la mairie de l’Île d’Yeu et 3 institutions locales, a lancé cette expérimentation innovante d’autoconsommation collective baptisée Harmon’Yeu. Né grâce à la volonté de ses habitants et des autorités locales de s’inscrire dans la transition énergétique, ce projet constitue une première en France dans le fait qu’il intègre plusieurs maisons individuelles productrices d’énergie et une batterie de stockage commune, à l’échelle d’un quartier. Un logiciel intelligent développé spécifiquement par ENGIE pour le projet permet de piloter la répartition de l’énergie produite entre les utilisateurs.

image

Doublage isolant des murs sans ossature : Optimax Habito®

La sortie d'un système de doublage isolant des murs sans ossature combinant le savoir-faire de Placo et d'Isover sans ossature a été accueilli avec enthousiasme tant par les professionnels que par les particuliers intéressé par la rénovation thermique des logement. Le détail du dispositif permet d'en mesurer le caractère révolutionnaire.  

image

La climatisation réversible

Dans cette vidéo, christian PESSEY fait le point sur la climatisation réversible et sur les offres de mensualisation proposées par ENGIE

image

Améliorer le confort d'été dans votre logement

Comment éviter la surchauffe de votre maison avec un isolant réflecteur alvéolaire (type Hybris de chez ACTIS ). Christian Pessey et Thomas Thierry répondent à cette question dans cette interview.

image

Une solution solaire pour la maison : MYPOWER par Engie

MYPOWER est un dispositif mis en place par ENGIE afin de calculer le potentiel solaire de votre maison en y inscrivant simplement votre adresse.  Dans cette vidéo, Christian PESSEY vous explique tout ce qu'il y a à savoir sur ce dispositif et en quoi il peut représenter un grand pas vers la transition énergétique tout en étant économique pour votre foyer.

Les derniers conseils maison

image

Quel type de fenêtre pour votre maison ?

Les fenêtres jouent un rôle à la fois esthétique et fonctionnel. Conçues pour éclairer l’intérieur des pièces à la lumière du jour, elles limitent le passage du froid, de la chaleur et des bruits. Ces dernières fonctions ont pris une importance croissante à cause du coût de l’énergie et de l’intensité des bruits en agglomération et près des routes, voies ferrées et aéroports à fort trafic.

image

Remplacer sa chaudière gaz, passer à la PAC ou à la PAC hybride gaz? Une priorité : l'isolation.

Nous avons une chaudière gaz de plus de 20 ans qu'il faut changer. Après renseignements et devis sur les chaudières gaz THPE nous avons des devis allant du simple au double , pour la même chaudière. Puis nous apprenons l’existence des PAC Air -Eau avec une entreprise qui nous dit que c'est intéressant financièrement , au delà de l'aspect écologique. Une autre entreprise nous dit que cela ne vaut pas la peine de passer du gaz à une PAC air -eau.  Puis en regardant sur votre site , nous prenons connaissance de la chaudière hybride.  Pourriez -vous nous éclairer car nous sommes dans le flou le plus total et ne savons plus à qui nous fier ? C'est une maison individuelle (de 1954) de 80m2, en région parisienne, non mitoyenne, sur 2 niveaux + sous-sol. Une douche, 4 personnes. Isolation intérieure faible épaisseur et double vitrage de + de 10 ans. Nous avons une facture gaz de 1400€ par an pour Chauffage et ECS. Greg

image

Eau de javel sur les tuiles : quels risques?

J'ai une une toiture en tuiles terre cuite et j ai appliqué de la javel dessus pour la première fois. Y a-t-il un risque pour ma toiture et si oui quelle solution appliquer? Nicolas

image

La ouate de cellulose : un isolant à base de papier

La ouate de cellulose est l'un des isolants les plus appréciés pour son caractère biosourcé et ses qualités isolantes, proches de celles des isolants minéraux. On l'utilise principalement en soufflage en vrac dans les combles perdus, mais aussi en panneaux semi-rigides à loger entre les chevrons de la toiture. Elle peut aussi être projetée sur des parois verticales ou sous des rampants.

image

Ouvrages en béton : conception et dosage selon les cas

Le béton est un mélange de ciment et d’agrégats (gravier et sable). L’eau ajoutée pendant le gâchage déclenche des réactions chimiques qui le transforment en un matériau solide, très résistant. Le degré de résistance peut être modulé en agissant sur le dosage des ingrédients, en fonction de l’utilisation prévue. Celui-ci doit être extrêmement précis : un excès d’agrégats compromet la qualité de la finition ; avec trop de sable, la surface du béton résiste mal aux agressions. Le mélange commence à prendre en 2 h, et on ne peut plus le travailler. Toutefois, le béton n’atteint réellement toute sa résistance qu’au bout de plusieurs jours, et continue de durcir tant qu’il contient de l’eau. Le coffrage doit être réalisé avec soin.

image

Se chauffer au bois ou au granulé

Parmi tous les combustibles utilisés pour chauffer une maison actuellement, seul le bois (et le granulé) est considéré comme une énergie renouvelable, c’est-à-dire susceptible de se renouveler en une génération : les appareils actuels affichent des rendements spectaculaires qui participent, en plus, à une limitation des rejets de CO et de particules.

image

Isolation phonique : comment lutter contre le bruit

L’isolation acoustique concerne le degré de performance des matériaux et méthodes de mise en   oeuvre ; la correction acoustique concerne l’énergie sonore émise et reçue à l’intérieur d’un local. C’est la réduction de la puissance acoustique résultant de la propagation du son qui exprime l’absorption acoustique. Elle se mesure par un coefficient : alpha. Plus le  coefficient alpha est proche de 1, plus le matériau est absorbant phoniquement.

image

Construire un muret de jardin en pierres

La construction d’un mur en pierres de pays nécessite une certaine habitude des travaux de maçonnerie. On a utilisé ici des pierres moyennes et quelques grosses pierres à maçonner. Une méthode plus simple, donnant le même effet, consiste à ériger deux parois accolées, avec du mortier seulement au centre, de façon à créer l’illusion d’un muret en pierres sèches.