Les différentes formes de contreplaqué

Si le placage était connu des Égyptiens et des Romains, l’idée de constituer un panneau composé de fines feuilles de bois semble avoir été concrétisée seulement à la fin du XIXe siècle en Grande-Bretagne. On regroupe généralement sous le nom de “contreplaqué” un certain nombre de produits ayant en commun l’assemblage de feuilles ou/et de blocs ou lamelles de bois, permettant d’obtenir des panneaux. Le plus connu et le plus utilisé est le contreplaqué multiplis, mais on utilise aussi largement le latté.

Les formes

Contreplaqué à plis ou multiplis

Il est fait d’un nombre impair de couches de bois (plis) contrecollées. Il doit sa résistance et sa solidité au croisement du fil des feuilles de bois. Le plus simple a trois plis, mais il en existe de très solides, de quinze plis et plus.
La technique de fabrication industrielle est assez complexe. Les feuilles de 3 à 5 mm sont séchées, puis encollées avant d’être pressées à chaud. Les colles utilisées varient avec la qualité du matériau désiré : urée-formol pour les panneaux courants et phénol-formol pour les panneaux résistants à l’humidité. Les panneaux sont ensuite mis aux dimensions et poncés sur les deux faces. Différentes finitions sont possibles (placage de stratifié, etc.).

Disponible en grandes dimensions, solide, assez facile à travailler et décoratif après finition, le contreplaqué multiplis sert à tous les travaux de menuiserie courante et pour l’ameublement. Ce matériau peut être utilisé à peu près comme le bois massif. Il peut être scié, percé et assemblé (par feuillure ou par rainure avec fausse languette). Il tient bien les clous et les vis. Il se colle facilement et supporte le cintrage. Cependant, compte tenu de sa structure, il faut éviter d’utiliser le rabot.
Il existe une large gamme de contreplaqués de différentes épaisseurs. Il faut donc choisir la qualité correspondant au travail à réaliser. Les techniques modernes ont permis de mettre au point des contreplaqués de haute qualité pour l’extérieur et la construction.

Contreplaqué latté

Il est fait de blocs de bois de dimensions variées pris entre deux feuilles de placage contrecollées. L’âme est constituée par des lattes de bois dont l’épaisseur est comprise entre 7 et 30 mm, disposées sur chant, collées entre elles. Le latté est plus lourd que le multiplis, mais il présente une meilleure résistance à la flexion. Le sciage et l’assemblage des panneaux de latté posent parfois quelques problèmes du fait de l’existence de vides entre les blocs qui le composent.

Les deux faces sont en bois dur et mince. On utilise très souvent l’okoumé, facile à débiter en feuilles, et qui présente une finition décorative. Les lattes centrales sont en bois tendre, du peuplier ou du pin ; elles sont disposées à plat, le fil étant perpendiculaire à celui des feuillets.
La technique de fabrication est semblable à celle du contreplaqué. Les bois sont encollés et pressés à chaud.
Le latté est plus cher que les contreplaqués ordinaires. Ses qualités tiennent à sa structure : il est plus proche du bois brut que les autres dérivés du bois ; il est facile à scier, à raboter et à percer. Il tient très bien les vis et les clous.
Les panneaux de latté sont légers et épais. Ils conviennent bien à l’ameublement. On les utilise souvent pour réaliser des armoires ou des buffets. Ils servent aussi à faire des portes planes.
La stabilité dimensionnelle du latté est remarquable ; il se caractérise également par une très bonne tenue à l’humidité. Sa légèreté et sa stabilité en font un support privilégié pour le replacage (finition d’ébénisterie). Les épaisseurs de latté sont assez diverses : 15, 19, 22 et parfois 25 mm. Son seul défaut réside dans la présence occasionnelle de vides entre les blocs, qui peuvent compromettre les assemblages cloués-vissés.

Le panneauté est une variante de ce type de contreplaqué : l’âme est faite de planchettes de bois dont la largeur est supérieure à 30 mm.

Lamellé-collé

C’est un contreplaqué formé de planches de bois triées, séchées en étuve, purgées de leurs défauts et collées ensemble. On les utilise pour les charpentes, mais aussi pour des menuiseries industrielles.

Différentes qualités de placages

En ameublement, les contreplaqués sont plaqués de différentes essences (hêtre, poirier, acajou, koto, moabi, ébène, merisier, érable, chêne, sipo, etc.). Ces placages d’ébénisterie sont de bonne qualité, voire précieux pour le latté utilisé pour la réalisation de meubles.
Le parement des contreplaqués ordinaires est fait de hêtre, de peuplier ou d’okoumé (l’un des bois tropicaux les plus importés). Ces essences permettent d’obtenir un effet décoratif par ponçage et vernissage. Les contreplaqués spéciaux reçoivent une finition pour le coffrage du béton ou pour la résistance à l’humidité.
Lorsque l’on vernit ou que l’on peint un panneau de contreplaqué, il faut passer une couche sur les deux faces pour éviter les déformations lors du séchage.

Normalisation

Le Centre technique du bois (devenu FCBA) donne un label aux panneaux conformes aux normes pour en garantir les caractéristiques. Les contreplaqués destinés à l’extérieur sont marqués CTB-X ou CTB-C s’ils sont prévus pour le coffrage du béton.
Ils se caractérisent tous par une grande stabilité dimensionnelle, meilleure que celle du bois brut. Exposés à des variations normales d’humidité et de chaleur, ils ne bougent presque pas (variation inférieure à 0,2 % en largeur et en longueur).

Attention : présent dans les colles utilisées pour la fabrication des panneaux, le formaldéhyde fait craindre des risques d’allergies, voire de cancers. Il est donc important de veiller à n’utiliser que des panneaux répondant à la norme NF EN 1084 définissant la teneur maximale de formaldéhyde dans les produits. Un étiquetage environnemental avec une échelle de A à E  est en cours de développement. 

 

Partager avec vos amis :


Cet article peut vous intéresser :

image

Les outils du menuisier

Le bois est un matériau agréable à travailler. Tous les menuisiers amateurs ont éprouvé du plaisir à façonner une pièce de bois pour en faire un meuble ou un objet. N’importe qui croit savoir scier, clouer ou manier la râpe. Mais le travail du bois s’apprend, a fortiori lorsqu’il s’agit de réalisations un peu compliquées qui exigent des traçages et des coupes très précis, un rabotage et des assemblages résistants.

Les dernieres vidéos maison

image

PAC hybride gaz : Christian PESSEY témoigne !

Dans cette vidéo, Christian PESSEY fait le point sur la PAC hybride gaz et vous annonce notre future série de reportages consacrée à l'installation de ce système, du raccordement au gaz de ville jusqu'à sa mise en service ! 

image

Contrôler sa consommation électrique avec "Mon Pilotage Elec"

Le contrôle de la consommation électrique est plus que jamais à l'ordre du jour. Christian PESSEY et Farida RAFKANI, chef de marché chez ENGIE Particuliers , présentent le système pour rendre connecté votre chauffage : " Mon Pilotage Elec " Il vous permet de maîtriser au mieux votre consommation d'électricité et de piloter votre chauffage.

image

L'air, le meilleur des isolants

Pourquoi l'air isole-t'il ? Christian Pessey vous explique en quoi les propriétés de l'air lui confère un tel pouvoir isolant.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

Les derniers conseils maison

image

La purge des radiateurs de chauffage central

Il faut purger les radiateurs de chauffage central quand de l'air s'est introduit dans le circuit, pour différentes cause. Cela crée des poches d'air dans les radiateurs réduisant voire neutralisant leur capacité de chauffage : il faut les purger.

image

Faire des économie sur l'abonnement d'électricité

La puissance électrique souscrite est généralement supérieure à celle nécessaire, par souci de confort et pour ne pas être ennuyé par une coupure subite lorsqu’un appareil de forte puissance (souvent le soir, en plein milieu du repas) se met en marche et fait “sauter” le disjoncteur. En calculant plus précisément la puissance nécessaire et en adoptant certains dispositif, on peut faire des économie sur le coût de l'abonnement.

image

Brumisation : avantages et inconvénients

La brumisaton est incontestablement un moyen de rafraichissement extérieur très agréable : l'évaporation des fines gouttelettes d'eau sur la peau y abaisse la température et procure une sensation de fraîcheur. L'air ambiant, bien sûr, reste à la même température et l'effet s'arrête immédiatement quand la brumisation s'arrête. Ce dispositif, parfaitement contrôle sur les équipements professionnels, n'est pas sans risque sur ceux proposés au grand public. 

image

Air trop sec, air trop humide : comment y remédier

Un air trop sec (en dessous de 40 %) est aussi préjudiciable qu'un air trop humide (au-dessus de 60%), surtout lors des fortes chaleurs. Il existe des moyens d'y remédier. Un hygromètre permet de mesurer en permanence l'humidité ou la sécheresse de l'air intérieur.

image

Fuites sur robinet mélangeur

Les robinets mélangeurs à col de cygne équipent encore beaucoup de lavabos de salles de bains et d'éviers de cuisine. Leur fonctionnement est simple et les sources de problèmes faciles à résoudre. Différents joints peuvent faire "goutter" ou faire fuir le robinet.

image

Les frises décoratives en papier, intissé et vinyle expansé

Longtemps rangées au rayon des accessoires décoratifs oubliés, les frises décoratives sont redevenues à la mode en même temps que le papier peint. Il faut dire que les fabricants rivalisent d’imagination et d’originalité et que leur utilisation ne se limite plus à border le plafond comme autrefois.

image

Eau calcaire : la reconnaître et la traiter

Le calcaire est un fléau pour l’installation sanitaire de la maison : il colmate les canalisations, abîme les robinets, entartre les appareils, notamment ceux où l’eau est chauffée. Rien ne démontre cependant, à ce jour, que le tartre soit dangereux pour la santé.

image

Installations électriques à l'extérieur : des règles strictes

L'électricité à l'extérieur est indispensable pour éclairer les abords de la maison. C'est un facteur de sécurité, tant contre les intrus que pour guider les pas dans les allées. Une prise extérieure rend aussi bien des services, surtout depuis la multiplication des outils électroportatifs et tondeuses à gazon électriques. Il faut pour cela une installation réaliser dans les règles de sécurité optimale, l'humidité étant un facteur de risque plus important que dans la maison.Les risques électriques sont aggravés par l’eau, plus ou moins ruisselante et les possibilités de contact brutal avec des objets métalliques tels qu’outils de jardinage, vélos, jeux d’enfants, étendoirs, etc.

Le travail du bois : activité préférée des bricoleurs

Le bois et ses dérivés

Le travail du bois fait partie des activités les plus appréciées. Outre le bois lui-même (bois de feuillus ou bois exotique), les panneaux de particules, les panneaux de contreplaqué, les panneaux de stratifié, le placage sont les produits les plus utilisés. 

Travailler le bois

Assembler le bois, percer le bois, poncer le bois, usiner le bois, poncer le bois entailler le bois sont quelques-unes des techniques incontournables, avec le sciage du bois ou encore le tournage. Coller le bois, clouer le bois, visser le bois sont les principales méthodes d’assemblage du bois. Le bois massif comme les dérivés du bois (aggloméré, contreplaqué, latté, contrecollé) sont indispensables dans de nombreux aménagements.