Les briques

Utilisée depuis l'Antiquité, la brique de terre cuite reste un matériau de construction très intéressant pour les maçons. Elle est à la fois assez décorative et facile à mettre en œuvre. Les caractéristiques du produit, les différentes finitions et les accessoires proposés permettent de l’utiliser pour toutes les espèces d’ouvrages, intérieurs ou extérieurs.

On distingue plusieurs grands types de brique : les briques pleines, les briques creuses (dont les briques plâtrières, pour les constructions intérieures), les briques perforées et les blocs perforés.

Les briques pleines

De forme parallélépipédique rectangle, la brique peut recevoir des finitions très diverses en fonction de sa destination. Elle est rigoureusement calibrée, quelle que soit la finition.

• Les dimensions classiques sont : 5,5 x 11 x 22 cm.
• Le poids peut varier légèrement en fonction des caractéristiques de l’argile ; il se situe autour de 2,100 kg. Compte tenu de ces données, il faut compter 65 briques au mètre carré pour un appareillage classique.
• La résistance à l'écrasement : les briques pleines se caractérisent également par une résistance à l’écrasement (de l’ordre de 220 kg/cm2 pour la brique de Vaugirard).
• La porosité (environ 10 %), la sensibilité au gel (les briques conformes aux normes ne sont pas gélives) et la résistance au feu (qui se situe aux alentours de 1200 °C pour les briques ordinaires) sont aussi des critères importants.

Les briques de parement

Destinées à constituer la couche apparente des murs, elles sont de finitions et de couleurs très variées en fonction de l’argile utilisée et du procédé de fabrication. Elles peuvent être rouge vif, presque jaunes ou grisâtres ; elles sont lisses et même vernissées, mais peuvent avoir aussi une surface irrégulière et une finition rustique, comme la brique de Vaugirard.

La brique de parement est utilisée également pour les pavages de terrasses, d’allées carrossables, de bords de piscine, lorsqu’elle subit un traitement particulier qui la rend extra-dure (cuisson en atmosphère particulièrement réductrice). Les briques de pavage sont disposées à plat : il en faut en moyenne 38 au mètre carré.

Les briques de décoration

Elles reçoivent un traitement particulier sur une de leurs faces ; elles peuvent être utilisées pour les piliers de grille, pour les murets, pour l’habillage des cheminées et pour réaliser les plans de travail dans les cuisines. La face décorative est revêtue d’un enduit coloré ; il existe des briques blanches, roses, grenat, beiges, vermillon.

Les briques à enduire

Elles servent à la construction des murs, murets et cloisons qui, par définition, sont destinés à recevoir un enduit au plâtre. En général, on utilise la brique de Vaugirard ou des briques de qualité équivalente.

Les briques réfractaires

Elles possèdent une haute résistance à la chaleur et à la flamme, servent pour la construction des foyers, des fours et des cheminées.

Les briques creuses

Il existe des briques creuses de tailles et dimensions diverses, conçues pour différents usages. Les perforations de la brique creuse représentent au moins 40 % de la section. Ces perforations ou alvéoles rendent la brique assez légère, facile à transporter et à mettre en place. En outre, elles apportent un pouvoir isolant au matériau (thermique, phonique et contre l’humidité). La surface extérieure des briques creuses est généralement striée, pour permettre une meilleure accroche des enduits et crépis. Elles sont destinées à tous travaux de maçonnerie, en extérieur et intérieur ; on utilise des briques creuses de format moyen ou grand. Le nombre des perforations est variable (6, 9 ou 16, mais aussi 13, avec des perforations de sections diverses). Ces briques peuvent être utilisées pour monter des murs porteurs (à condition que leur hauteur soit au maximum de quinze fois leur épaisseur).

Les briques plâtrières

Elles sont destinées au montage des cloisons intérieures et au doublage des murs. Leur épaisseur est comprise entre 3 et 6 cm pour des dimensions courantes de 15 x 30 cm (on trouve des briques plâtrières plus grandes). Les briques plâtrières peuvent être assemblées avec du plâtre, du mortier de chaux ou du mortier bâtard, mais jamais avec du mortier de ciment. Elles sont généralement à deux trous. On les monte sur chant. Elles permettent de réaliser des cloisons légères, mais à pouvoir isolant (phonique et thermique).

La brique Monomur

C'est une brique à alvéoles multiples permettant une isolation thermique répartie et inaltérable. Les caractéristiques d’isolation thermique de la terre cuite, le profil des alvéoles multiples, étroites et décalées par rapport au flux thermique, ainsi que l’épaisseur du mur font que ce type de brique est beaucoup plus isolant que la plupart des matériaux de construction maçonnée. Les briques standards font 30 x 21 x 27 cm. Leur résistance mécanique (60 à 80 bars) est excellente.

Les briques à rupture de joint

Elles présentent une section particulière (en H, par exemple). Elles permettent de monter des murs en ménageant des creux internes qui renforcent l’isolation thermique et préservent de l’humidité (circulation d’air à l’intérieur de la maçonnerie).

Les éléments spéciaux

Quand on construit une maison, il faut employer des éléments d’angle (des blocs à perforations verticales), qui permettent d’obtenir une bonne finition. Pour les conduits de fumée, on utilise des boisseaux de terre cuite à parois pleines ou alvéolées, qui s’assemblent par emboîtement ; il existe des boisseaux spéciaux pour feux ouverts et des boisseaux “doubles conduits”.

Partager avec vos amis :

Les dernieres vidéos maison

image

Installer une pompe à chaleur en conservant sa chaudière : la PAC hybride

La pompe à chaleur peut remplacer une vieille chaudière. Il est possible aussi de combiner une PAC avec l'énergie initialement utilisée (gaz ou fioul) : on parle alors de "pompe à chaleur hybride". Comment ça marche? Est-ce intéressant économiquement? Peut-on bénéficier d'aides comme le CITE? Valérie LAPLAGNE, vice-présidente de l' AFPAC (Association Française pour les Pompes à Chaleur), répond aux questions de Christian PESSEY, journaliste de la construction, en charge de l'émission VOTRE MAISON sur RMC. 

image

Bien apprécier la lumière dans les combles

Modélisez rapidement vos combles et imaginez les possibilités d'aménagement pour créer de nouveaux espaces de vie depuis votre smartphone. L'application gratuite My Daylight vous révèle les bénéfices de l'éclairage naturel. Obtenez facilement des pièces plus grandes et plus confortables à vivre. Catherine JUILLARD, Responsable Prescription Lumière et Thomas BERGE, Chef de Produit Digital, tous deux chez VELUX®, répondent aux questions de Christian PESSEY, Journaliste de la Construction, en charge de l'émission VOTRE MAISON sur RMC. 

image

Quels travaux entreprendre à l'arrivée du printemps?

Les jours rallongent et les températures sont plus clémentes : le printemps constitue une belle opportunité d’entreprendre des travaux de rénovation à la maison. Quels que soient les travaux entrepris, la luminosité, l’ouverture sur l’extérieur et le renouvellement de l’air intérieur sont des éléments clés à considérer pour gagner en qualité de vie. De simples ajustements aux projets de rénovation permettront de prioriser ces éléments pour une maison confortable et agréable à vivre pour tous les membres de la famille. Prisca Pellerin, architecte et designer d'intérieur donne des conseils.

image

Le remplacement des fenêtres et le crédit d'impôt (CITE) en 2019

Le remplacement des fenêtres est réintroduit dans le périmètre du Crédit d'Impôt Transition Énergétique en 2019. Mais dans des conditions si restrictives que le bénéfice en est très limité. La conversion en prime pour les ménages défavorisés n'interviendra qu'en 2020. 

image

Réparer les WC

La réparation des WC passe très souvent par le remplacement du robinet flotteur. Tuto pour tout vous expliquer

Les derniers conseils maison

image

Mortier et béton : les agrégats (granulats : sable, gravier, etc.)

Également appelés “granulats”, les agrégats constituent pour ainsi dire la charpente des mortiers et des bétons. Le mot désigne tous les éléments qui peuvent être assemblés par un liant. En maçonnerie, il s’agit essentiellement de sable et de gravillons, mais aussi, dans une certaine mesure, de cailloux et de pierres de faible grosseur. Un mélange de liant, de sable et d'eau donne du mortier . En ajoutant au mélange des graviers, des cailloux, des morceaux de pierre on obtient du béton.

image

Les maladies et les traitements du bois

Omniprésent dans la construction et dans l'aménagement intérieur des maison, le bois est issu d’un végétal : l'arbre. À ce titre, il est vulnérable aux effets de l’humidité, qui favorisent le développement des moisissures, de champignons, ainsi qu’à celles des insectes et de leurs larves et de parasites divers. 

image

Déboucher les canalisations

Les eaux usées des appareils sanitaires (évier, lavabo, baignoire, douche) entraînent des déchets solides qui s’accumulent dans les siphons, au niveau des coudes ou des manchons de prolongation, et qui, au bout d'un certain temps, bouchent la canalisation d’évacuation. Le mal peut être bénin et le débouchage réalisé rapidement ; mais si la pente des canalisations d’évacuation est faible, si celles-ci sont anciennes et mal entretenues, il peut y avoir entartrage et encrassement importants sur une grande longueur de tuyau. Dans ce cas, il faut résoudre le problème en utilisant des appareils puissants, surtout lorsqu’il n’y a pas de regard sur les canalisations permettant une intervention au point précis du bouchon.

image

Béton armé

Lorsqu’on veut réaliser un ouvrage en béton (piliers, poteaux, poutres, linteaux, dalles) ayant une bonne résistance à la traction et à la flexion (par exemple un linteau, une dalle autoporteuse, chaînage en sommet de murs porteurs, etc.), il faut le "ferrailler" pour que la pièce ne casse pas. On utilise des fers (tiges d'acier) ronds, lisses ou tréfilés, de différents diamètres,  qu’il faut noyer dans le béton.

image

Parpaings en béton et blocs de béton cellulaire

Pendant longtemps la pierre et la brique ont été les seuls éléments pour construire “en dur”. Les parpaings de béton et plus récemment les blocs de béton cellulaire ont facilité considérablement les techniques de construction. Si les premiers constituent aujourd'hui le matériau de construction le plus utilisé, les second restent confidentiels en France alors qu'ils sont très utilisés et Europe du Nord.

image

Le chauffage électrique par le sol

L’idée de placer des résistances ou des câbles chauffant dans le sol n’est pas nouvelle, mais sa mise en œuvre est récente. Des fabricants développent même aujourd’hui des solutions intéressantes permettant de constituer des systèmes de confort – plus que de vrais chauffages – dans le sol au cours d’une rénovation.

image

Le chauffage électrique par le sol

L’idée de placer des résistances ou des câbles chauffant dans le sol n’est pas nouvelle, mais sa mise en œuvre est récente. Des fabricants développent même aujourd’hui des solutions intéressantes permettant de constituer des systèmes de confort – plus que de vrais chauffages – dans le sol au cours d’une rénovation.

image

Installer une pompe à chaleur en conservant sa chaudière : la PAC hybride

La pompe à chaleur peut remplacer une vieille chaudière. Il est possible aussi de combiner une PAC avec l'énergie initialement utilisée (gaz ou fioul) : on parle alors de "pompe à chaleur hybride". Comment ça marche? Est-ce intéressant économiquement? Peut-on bénéficier d'aides comme le CITE? Valérie LAPLAGNE, vice-présidente de l' AFPAC (Association Française pour les Pompes à Chaleur), répond aux questions de Christian PESSEY, journaliste de la construction, en charge de l'émission VOTRE MAISON sur RMC.