Parpaing ou brique?

Je démarche les constructeurs pour une maison neuve et l'un d'entre-eux me propose de la construire en parpaing avec une bonne isolation au lieu de la brique. Pensez-vous que cela peut être judicieux ?

La réponse de Christian PESSEY

Par "construire en brique", j'imagine que l'on vous parle de briques Monomur multialvéolaires, comme alternative au parpaing en béton. Ce dernier a la mérite de la simplicité et d'un coût moindre que celui de la brique Monomur. Sauf s'il s'agit de blocs (parpaings) rectifiés (c'est-à-dire calibrés avec précision), il demande moins de compétences techniques pour la construction. La brique Monomur présente l'avantage d'une meilleure isolation intrinsèque à épaisseur égale que le parpaing. Jusqu'à la réglementation thermique 2005, la brique Monomur de 37,5 cm d'épaisseur ne demandait aucune isolation rapportée. Ce n'était déjà plus le cas (sauf en 50 cm d'épaisseur) avec la RT 2012 et ce le sera encore moins avec la RE 2020. Les deux matériaux sont donc logés à la même enseigne : ils demandent une isolation rapportée, moins épaisse, certes, avec la Monomur qu'avec le parpaing.

Certains vantent le caractère plus "bioclimatique" de la terre cuite qui "respirerait" mieux que le béton. J'ai toujours émis des réserves sur le caractère "respirant" d'une construction dès lors qu'on applique sur les murs extérieurs un enduit de façade (par définition étanche à l'eau et à l'air), puis une membrane étanche à l'air et un isolant (à l'extérieur ou à l'extérieur) et un doublage en plaque de plâtre de parement intérieur... Il est clair que les défauts d'étanchéité à l'air et donc les ponts thermiques, sont moindres avec une brique Monomur du fait de la précision de construction permise par ce matériau via la technique d'assemblage par joints minces (néanmoins équivalente avec des parpaings rectifiés). À noter une plus grande propreté des chantiers qu'avec les parpaings en pose traditionnelle. Tout cela fait considérer la construction en brique Monomur comme plus "noble", mais aussi... plus chère.

À envisager : l'alternative du béton cellulaire (voir lien ci-dessous).

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Construire en briques Monomur

La brique est l’un des matériaux les plus utilisés pour construire une maison. La brique dite « Monomur » est une brique creuse particulière, inventée dans les années 1970 pour répondre aux besoins de construction de maisons aux parois isolantes pour faire face à la crise pétrolière.

image

Béton cellulaire : avantages et inconvénients

 Le béton cellulaire est très répandu en Allemagne et dans les pays du Nord, mais il est encore très peu utilisé chez nous. Il est connu en France sous sa marque générique historique : Siporex (devenu Xella / Ytong ).

image

Qualités des blocs béton à isolation intégrée

Je construis actuellement ma maison et j'aimerais connaitre votre avis sur les blocs à coller " Kosmo " de la marque Alkern , notamment sur leur résistance à la fissuration et leur qualité d'isolation hiver/été. Merci et bravo pour vos émissions.

image

Parpaings en béton et blocs de béton cellulaire

Pendant longtemps la pierre et la brique ont été les seuls éléments pour construire “en dur”. Les parpaings de béton et plus récemment les blocs de béton cellulaire ont facilité considérablement les techniques de construction. Si les premiers constituent aujourd'hui le matériau de construction le plus utilisé, les seconds restent confidentiels en France alors qu'ils sont très utilisés en Europe du Nord.

Les dernieres vidéos maison

image

L'air, le meilleur des isolants

Pourquoi l'air isole-t'il ? Christian Pessey vous explique en quoi les propriétés de l'air lui confère un tel pouvoir isolant.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

image

La laine de verre et la santé

Dans cette interview, Christian PESSEY fait le point avec Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER sur les risques que représenteraient l'utilisation de la laine de verre et pour en avoir le coeur net, ils ont fait appel à l'expertise du docteur Christian RECCHIA.

Les derniers conseils maison

image

Pose d'une fenêtre PVC en rénovation

On trouve désormais dans le commerce des “blocs-fenêtres” en PVC pouvant se substituer facilement à l’ancienne fenêtre. Si l'on conserve le dormant (cadre fixe) existant, comme ici, on parle de remplacement en "rénovation".

image

Chats et chiens : êtes-vous bien assuré?

Les accidents causés par les chiens, les chats, les chiens et autres animaux de compagnie peuvent vous coûter cher. Votre assurance multirisques habitation ne vous couvre peut-être pas suffisamment. La Fédération Française de l'assurance vient de le rappeler.

image

Un isolant pour toiture-terrasse photovoltaïque

Fabricant d’isolants en laine de roche, ROCKWOOL innove en proposant sa nouvelle solution pour les toitures-terrasses photovoltaïques. Plus performant avec son lambda 38, Rockacier C nu Energy garantit une meilleure isolation, des qualités incombustibles et une parfaite stabilité dimensionnelle.

image

La nouvelle pince multifonctions PST Leatherman

Véritable couteau suisse du bricoleur, cette pince multifonctions est un outil étonnant qui combine 14 outils. Le Bond, petit dernier du génial Tim Leatherman, est une véritable boîte à outil de poche.

image

La pompe à chaleur : l'équipement de chauffage le plus économique

Après son étude sur le chauffage électrique en 2020, l’Association Promotelec publie une étude* relative à la perception des Français sur la pompe à chaleur. Dans un contexte sociétal et énergétique marqué de plus en plus par la pression des contraintes écologiques, la pompe à chaleur apparaît comme un dispositif particulièrement en phase avec les attentes des propriétaires.

image

Éviter les remontées capillaires : caniveau, bande d'arase, drainage, étanchéité, injections

Au-delà des phénomènes phréatiques, les grosses pluies sont la cause principale es remontées capillaires qui humidifient l’intérieur des murs du rez-de-chaussée. C’est un grand classique et si l'on en est victimes on risque de se lancer dans des palliatifs dont la plupart sont des cautères sur une jambe de bois et vont coûter une fortune. Un certain nombre d'opération techniques permettent d'éviter d'en arriver là.